Archives du mot-clé vote

Votre choix : voter ou vous taire

marianne-baillonneeJ’ai passé une bonne partie de la fin de semaine à réfléchir sur ce sur quoi je pourrais bien écrire maintenant que la campagne électorale fédérale tire enfin à sa fin. Malheureusement, les sondages ne m’aident en rien, car personne ne sait encore qui formera le prochain gouvernement. Chose certaine, les carottes sont cuites pour Thomas Mulcair; il ne sera pas le premier premier ministre néo-démocrate de l’histoire canadienne. Autre chose certaine, Stephen Harper sera reconduit au pouvoir ou Justin Trudeau deviendra le prochain premier ministre du Canada. (Qui y aurait cru il y a à peine quelques semaines?)

Lequel des deux sera élu à la plus haute fonction et dans quelle mesure (majoritaire ou minoritaire), il nous faudra attendre jusqu’à tard lundi soir pour le savoir. Justin Trudeau peut bien mener légèrement dans les sondages, mais le Parti libéral compte sur le vote des jeunes – loin d’être une certitude étant donné que les jeunes ne sont habituellement pas très nombreux à exercer leur droit de vote. Quant à Stephen Harper, qui traîne légèrement dans les plus récents sondages, il peut miser sur sa « popularité » auprès d’une clientèle qui est plus âgée et plus encline à se rendre jusque dans l’isoloir pour s’exprimer. Harper n’a pas voulu s’avancer sur son avenir passé lundi soir; Trudeau peine à contenir son enthousiasme débordant.

Nous devons néanmoins nous compter extrêmement privilégiés d’habiter ce pays. Certains invoquent avec liesse la perspective de voir Stephen Harper chassé du pouvoir après près d’une décennie. D’autres s’expriment avec grand enthousiasme sur l’arrivée au pouvoir de Justin Trudeau. Il en demeure que nous – électeurs – avons maintenant et enfin le pouvoir de décider : Harper reste au pouvoir ou Trudeau lui succède. Dans bien des pays sur la planète, Harper continuerait de régner pendant bien des années encore, peu importe ce que le peuple en pensait. Le droit de vote est pris pour acquis ici au Canada, mais c’est un droit qui doit être exercé par tout un chacun, sans quoi il perd inévitablement sa valeur intrinsèque.

Pour ma part, je souhaite un gouvernement minoritaire, peu importe lequel des deux prétendants le forme et nonobstant les inconvénients d’un gouvernement qui n’a pas les coudées franches pour faire à sa tête. Si les conservateurs l’emportent, ça forcera le parti à entamer une réflexion sur son leadership; si les libéraux remportent la mise, Trudeau ne pourra mettre en œuvre intégralement son « plan » concocté par l’establishment du parti. Tant qu’à moi, aucun des deux ne mérite la confiance de régner en roi et maître sur notre pays pendant quatre longues années. Dans mon livre à moi, Harper a fait son temps dans les rangs conservateurs, tandis que Trudeau n’a ni l’expérience de vie ni la maturité (et ça n’a rien à voir avec son âge) pour devenir premier ministre d’un gouvernement libéral majoritaire.

En démocratie, la beauté de la chose est que mon opinion vaut celle des électeurs qui prétendent que Harper est l’Anti-Christ, que Trudeau est la septième merveille du monde ou que Duceppe a encore un rôle utile à jouer en politique canadienne. En démocratie, c’est voter qui compte avant tout. Quiconque ne juge pas bon d’exercer son droit de vote – un droit auquel bien des peuples aspirent encore aujourd’hui en 2015 – perd son droit de critiquer le gouvernement ou encore ses concitoyens qui ne pensent pas comme lui. Votez ou exercez le droit de vous taire en d’autres termes.

Je vais perdre mes élections, car j’aurai voté pour le Parti vert. Mais j’aurai voté, j’aurai exercé ce droit que tant de peuples sur cette planète inéquitable souhaitent ardemment pouvoir exercer un jour. Alors, de grâce, allez voter – peu importe ce en quoi vous croyez ou ne croyez plus. Votez pour quelqu’un ou contre quelqu’un, mais rendez-vous dans l’isoloir…

Sébastien St-François

L’heure du bilan a sonné : l’autre côté de la médaille

Il faut donner à l’équipe de Jean Martel ce qui lui revient : elle met à jour son site de campagne à une fréquence assez soutenue. Bon, il n’en demeure qu’on vend une image, on tente de surfer sur la « vague de 2009 », mais voilà qu’on nous présente le bilan des quatre dernières années, bien entendu selon l’angle qu’on veut bien donner à ce bilan.

Bilan Martel

Encore une fois, la question se pose. Pourquoi un maire sortant si fier de son bilan a-t-il refusé l’invitation à un débat qui lui aurait donné l’occasion de défendre ce bilan devant des citoyens dont il sollicite la confiance pour un deuxième mandat? Peu importe, voici mes commentaires en rafale sur certains éléments de ce bilan, réalisé « avec votre participation » selon le maire sortant :

  • « Réduction de la dette de 120 M$ à 102 M$ » : Il est facile de réduire une dette si on n’investit pas comme on devrait en infrastructure, si on n’ouvre plus de rues pour de nouveaux développements et si on paie moult projets en puisant dans les surplus qui ne cessent de gonfler depuis quelques années pour atteindre des proportions indécentes…
  • « Gel de la taxation résidentielle en 2013 » : Après plusieurs années de hausses injustifiées à la lumière des surplus dégagés par la Ville. Gel purement électoraliste en 2013, et on nous promet un autre gel en 2014 à des fins de réélection…
  • « Augmentation des surplus budgétaires sans coupures de services » : Heu, il aurait été indécent de couper dans les services compte tenu des surplus astronomiques dégagés et, de toute évidence, cette équipe ne comprend pas qu’une ville, ce n’est pas une entreprise privée. Dégager des surplus d’une telle hauteur, ce n’est pas un signe de bonne gestion; c’est un signe de taxation excessive…
  • « Augmentation du nombre de femmes au conseil » : Oui, et puis? Personnellement, je trouve cet argument très dépassé. Il y a des hommes compétents et il y a des femmes compétentes. Le sexe d’une personne ne doit pas avoir préséance sur sa compétence…
  • « Plus de 500 M$ d’investissement dans le parc industriel » : Des investissements privés… En quoi le conseil municipal a-t-il joué un rôle là-dedans? La Ville a-t-elle octroyé plus de 500 M$ en subventions au cours des quatre dernières années? Le cas échéant, c’est la première fois que j’en entends parler…
  • « Plus de 10 comités de citoyens » : Dont les membres sont triés sur le volet et partagent l’idéologie de l’équipe au pouvoir… Des citoyens du district 2, sans représentation réelle au conseil depuis l’expulsion de Francine Crevier Bélair, avaient proposé un comité de citoyens, mais il n’a jamais vu le jour. Il y a une grande ingérence politique dans les comités de citoyens sous Jean Martel…
  • « Développement urbain moins rapide » : Plutôt, paralysé, et la Ville (nous) fait face à deux poursuites à l’heure actuelle… Si on se fie aux échecs lamentables qu’a essuyés la Ville devant les tribunaux dans plusieurs dossiers récents, ça n’augure pas bien pour ces deux poursuites dont nous ferons les frais…
  • Agrandissement du cercle social Pierre-Boucher » : On a investi 2,3 M$+ dans une bâtisse évaluée à environ dix fois moins. Et le problème de stationnement demeure entier…
  • Aménagement d’un café-centre d’art dans le vieux-village » : La facture dépasse maintenant les 6 M$, et c’est loin d’être terminé… En effet, Jean Martel a décidé de porter en appel la décision du TAQ concernant l’expropriation, encore une fois à nos frais. À la lecture de la décision du TAQ dans ce dossier, tout me laisse croire que la Ville se fera débouter une fois de plus, et la facture du café-centre d’art continuera à grimper, comme je mentionnais sur ce blogue le 5 octobre dernier… Selon une nouvelle publiée sur le blogue de campagne de Francine Crevier Bélair hier soir, la Ville aurait été déboutée en Cour d’appel le 6 septembre dernier.
  • « Acquisition du terrain de la Saulaie et du jardin collectif » : Une évaluation indépendante établissait la valeur du terrain de La Saulaie à environ 1,3 M$ au moment de son achat par la Ville, qui a payé la rondelette somme de 2,3 M$ pour l’acquérir…
  • « Développement du réseau cyclable à travers la ville » : Je n’ai pas constaté de réel développement au cours des quatre dernières années, mais j’ai constaté que la qualité du revêtement se détériorait à plus d’un endroit cependant…
  • « Construction du club d’aviron… » : Le travail à cet égard avait été initié en majeure partie par le conseil précédent (2005-2009)…

Quant au texte dans les pastilles :

  • Une équipe à votre écoute… Si vous avez voté pour elle.
  • Une équipe à votre service… Si vous avez voté pour elle.
  • Une équipe près de vous… Si vous êtes de son bord.
  • Une équipe chaleureuse et accessible… Peut-être, si vous êtes de son bord. Par contre, si vous êtes de ceux qui osent manifester légitimement votre opposition ou contester des décisions avec lesquelles vous êtes fondamentalement en désaccord, vous aurez plutôt droit à une attitude méprisante.

Concitoyens bouchervillois, à l’approche du jour J, allez au-delà de ce que les partis politiques veulent vous faire croire. Informez-vous et faites-vous votre propre idée. Et, surtout, allez voter le 27 octobre (vote par anticipation) ou le 3 novembre!

Sébastien St-François