Archives du mot-clé Raouf Absi

Mon souhait pour l’élection municipale de 2017


La période des mises en candidature tire à sa fin. L’équipe Option citoyens citoyennes (OCC), dirigée par Jean Martel, arrive à la fin de son deuxième mandat. Depuis 2009, elle règne sur la ville et nos taxes sans opposition, exception faite de la période pendant laquelle Francine Crevier Bélair avait siégé comme indépendante après avoir voté contre un PTI et s’être faite éjecter du caucus de Jean Martel. Lire la suite

Une véritable pluie de subventions à Boucherville!

11772734098zvk93Voici un exercice que je vous propose. Consultez le procès-verbal de la séance publique du conseil municipal de Boucherville du 20 janvier et sortez votre calculatrice. Maintenant, exercez-vous à calculer le montant total octroyé en subventions à des organismes locaux au cours de cette seule séance. Vous voulez un indice? C’est dans les six chiffres. Un autre indice? Ça frôle les 200 000 $. Bon, OK, voici la réponse : très exactement 193 100 $ ont été octroyés en subventions le 20 janvier dernier, dont 25 000 $ au Club de soccer de Boucherville (sous l’influence de Raouf Absi alias « M. Soccer »?), 25 000 $ à l’OBNL La grande gourmandise (une entreprise appartenant à Manon Ouellet, présidente de l’AGAB) et 8 000 $ au Club d’astronomie de Boucherville (projet circuit des planètes???). Sans surprise aucune, toutes ces résolutions ont été adoptées à l’unanimité…

Ce même conseil municipal a jugé bon de ne faire refaire que deux rues à Boucherville en 2014 : Jean-Baptiste-Jobin et Des Ateliers. À peine 4,5 M$ ont été budgétés cette année pour la réfection (de ces deux rues). Pendant ce temps, si vous êtes comme moi, vous observez une augmentation de la fréquence des bris sur notre territoire. Il y a environ une semaine, c’était devant la Caisse Desjardins sur Fort-Saint-Louis. Le jour de Noël, qu’est-ce que je n’ai pas vu en me rendant chez mon frère pour le souper? Une équipe au travail devant une résidence sur la rue Philippe Musseaux. Imaginez combien cela coûte dépêcher une équipe d’urgence pour réparer un bris un 25 décembre…!

Et de tels bris vont malheureusement se multiplier au cours des prochaines années parce que le conseil municipal de la Ville de Boucherville n’affecte pas suffisamment d’argent à la réfection de notre infrastructure souterraine et nous accusons déjà terriblement de retard à ce chapitre. Juste pour rester « à flot », ce sont 5 000 mètres linéaires par année qui doivent être refaits. Ce chiffre n’a jamais été atteint depuis au moins 2002 selon les chiffres que j’avais obtenus du service du génie en 2013.

À Boucherville, les organismes accrédités jouent un rôle social important, il va sans dire. Mais est-ce le rôle d’une Ville de les financer? Je ne le crois pas. Les Bouchervillois « acceptent » (comme s’ils avaient le choix) de payer des taxes d’abord et avant tout pour obtenir des services de base : aqueduc, égouts, routes carrossables et bien déneigées l’hiver, service de police, service de sécurité-incendie, etc. À la lumière des nombreuses lacunes que nous pouvons constater en regard de ces services de base, il y a lieu de s’interroger sur le bien-fondé de l’octroi par le conseil municipal de près de 200 000 $ au cours d’une seule séance à des organismes accrédités.

Sébastien St-François