Archives du mot-clé Pierre Beauchamp

Le citoyen Pierre Beauchamp et le maire Jean Martel se prononcent sur le dossier du projet de piste cyclable sur Montarville et le registre du lundi 12 mars

Pour écouter l’entrevue accordée par Pierre Beauchamp, un des citoyens de Boucherville à l’origine de la mobilisation ayant mené à la signature du registre par 1047 personnes :

Partie 1 de 2 (ça commence à 10:25)
Partie 2 de 2

Pour écouter l’entrevue accordée par Jean Martel pour expliquer le refus de son projet par 1047 citoyens :

Partie 1 de 1 (ça commence à 04:41, malheureusement la fin de l’entrevue est coupée)

Je commenterai le tout ce vendredi 16 mars à la chronique « Bouchervillois de la table ronde » dans le cadre de l’émission Les citoyens ont raison animée par Louis-Philippe Guy sur les ondes du FM103,3. Certaines explications fournies par M. Martel en réaction à la signature du registre par 1047 de ses concitoyens sont pour le moins surprenantes…

Sébastien St-François

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos réactions/commentaires à ces entrevues par courriel à Boucherville5021@gmail.com.

Bouchervillois réveillez vous! Y a des gens qui fouillent dans vos poches (partie II)

Où est le Centre aquatique dans le PTI 2012? Et que dire de la vieille piscine et de la vieille patinoire qui tombent en ruines, deux bâtiments qui devraient être rénovés ou reconstruits? Le PTI parle de réfection des bancs de l’aréna (300 000 $), d’enlèvement du revêtement au plafond de l’aréna (515 000 $), du réaménagement de la sortie de la Zamboni (500 000 $) et de travaux pour les bâtiments de la piscine (500 000 $) et de la construction d’une glace réfrigérée pour l’extérieur (750 000 $). Total : 2,5 M$. L’élément le plus loufoque : réduction des gaz à effet de serre (fréon), 3,5 M$ prévue en 2012, mais non comptabilisée dans la colonne de 2012 du document (ligne 69) plus des déboursés de 6 M$ en 2013 et 2014. Impossibilité donc de faire un calcul juste, car malgré un travail comptable qui a duré plus de deux mois, un montant de 3,5 M$ n’a pas été totalisé dans les dépenses de 2012.

On peut quand même supposer que l’ensemble des déboursés d’entretien pour ces deux bâtiments est de l’ordre de 8,5 M$ pour les trois prochaines années. Ce qui étonne : Avant de penser centre multisports et centre d’art, il faudrait commencer par penser à remplacer des services existants devenus désuets.

En outre, et après deux études sur le sujet et une promesse non réalisée de consultation de la population, il n’y a toujours rien dans le PTI pour une nouvelle piscine. Or, en avril dernier, dans un article du journal La Relève, le conseiller Dominic Lévesque a annoncé que le nouveau Centre aquatique serait construit sur le site de l’actuel Centre sportif Pierre-Laporte, là où sont situés la piscine et le vieil aréna. Alors, pourquoi des dépenses de rénovation de l’ordre de 8,5 M$ si on est pour tout jeter cela par terre afin de construire en fin de compte un nouvel aréna et un centre aquatique?

Mais le plus important sur les intentions de nos politiciens n’est pas sur ce qu’on retrouve dans le PTI, mais davantage sur ce qui en est absent. D’après vous concitoyens que devrions-nous prioriser à Boucherville, les sports, les arts ou la sécurité publique? Après les épisodes de fusion et défusion, nous nous sommes résignés à ce que nos services d’incendie et de police relèvent de l’agglo. Mais comment pouvons-nous accepter aujourd’hui que notre maire soit incapable de faire comprendre l’urgence de la situation à Mme St-Hilaire, quand celle-ci a consenti en août dernier une nouvelle caserne de pompier à Saint-Hubert. La réglementation de dix pompiers en dix minutes est la même pour tous. Nous venons de vivre deux épisodes de feu, dont une avec perte de vie. N’est-ce pas suffisant pour remettre en question l’urgence de trouver une solution temporaire pour sécuriser la vie des citoyens. Il semble que l’agglo ne permettra pas avant deux ans le début de la construction de la caserne de Boucherville. N’attendons pas que les autres pensent à nous, c’est maintenant à nous d’agir et de prioriser nos investissements de façon à sécuriser nos vies et nos biens.

La conseillère Francine Crevier a bien raison de parler de chiffres non réalistes et de projets qui ne répondent pas aux besoins immédiats des citoyens. Comme on dit en bon québécois, on a « plogué des chiffres ». Pourquoi? Pour mieux servir la population? Ou pour détourner l’attention et camoufler les intentions et aspirations politiques du maire Jean Martel et de son équipe?

Citoyens, c’est avec votre argent qu’on joue au Monopoly! Soyez bien attentifs et conscients de la planification émotive et de la vision idyllique de votre conseil de ville, car c’est vous qui payerez la note!

Pierre Beauchamp