Archives du mot-clé Louis-Philippe Guy

Lettre ouverte de Louis-Philippe Guy

Avec la permission de son auteur, je me permets de reproduire une lettre ouverte fort éclairante de mon ami, Louis-Philippe Guy.

« LETTRE OUVERTE – CANDIDATURE DE FRANCE DUBÉ 28 mai 2013
Plusieurs amis m’écrivent en privé pour me demander mon opinion sur la candidature de mon ancienne directrice France Dubé, avec l’équipe de Caroline St-Hilaire aux élections de 2013. Contrairement à ce que vous puissiez penser, je me réjouis de cette nouvelle.

Je pourrais être égoïste et devenir ennemi avec toutes les personnes que j’aime qui se rapprochent d’une mairesse dont j’ai beaucoup critiqué l’administration, duquel j’ai reçu de la pression qui aurait pu me faire perdre mon emploi dans le passé. Néanmoins, honnêtement, le sentiment qui m’anime est la fierté pour mon amie, France.

La démocratie municipale, dans sa forme actuelle, est sclérosée. Être à l’opposition nous confine à un rôle de jappeur en série. La majorité des gens suivent les grands médias nationaux qui ne parlent de leur ville extra-montréalaise que lorsqu’il y a un scandale ou une anecdote. Les vrais enjeux, par exemple l’embauche d’un ami dont le salaire annuel équivaut aux versements de taxes municipales d’un quartier de la ville au complet, n’intéressent que les médias locaux.

CORRUPTION MÉDIATIQUE

Ces médias locaux, dont la mission est importante, n’attirent l’attention que d’un faible pourcentage de la population, encore plus faible que ce tiers des citoyens qui vont aux urnes aux 4 ans pour donner des centaines de millions en chéquier aux élus municipaux.

Ces médias, dont la pérennité financière est fragile, ont avantage à ne pas marcher contre le courant. La Ville dispose de centaines de milliers de dollars dans son budget pour les communications avec les citoyens. On a pu observer au fil des années des variations dans l’achat publicitaire, dépendant de la position éditoriale du média. La Ville étant un partenaire en or, naviguer sans ces enveloppes met la survie du journal, de la radio, de la télévision locale en péril.

LE VRAI POUVOIR

Pour revenir au point principal : je suis heureux de voir France Dubé impliquée en politique municipale, dans Action Longueuil – Équipe Caroline St-Hilaire. Cette administration sera reportée au pouvoir comme la plupart des administrations sortantes dans les municipalités québécoises, étant donné les points énumérés plus tôt. En attendant que tout le système change, nous avons intérêt à avoir des gens de qualité (et de confiance) en place.

Pour ces raisons, je me réjouis de la candidature de France Dubé, mon amie. N’importe qui portant les couleurs de ce parti serait élu. Le bonus pour les citoyens du district Parc Michel-Chartrand, c’est que leur conseillère municipale sera une travailleuse acharnée qui ne compte pas ses heures, une fonceuse qui ne s’en laissera pas imposer. Ces citoyens auront la chance d’avoir une conseillère municipale pour les représenter et non un poteau suivant la ligne de parti sans poser de question. La mairesse va tirer avantage écouter son opinion.

France Dubé est pleine de projets culturels. Ça tombe bien, le bras provincial pouvant donner accès au financement de grands projets culturels se termine par une bague au doigt en commun avec la Longueuilloise au pouvoir. Être la conseillère municipale qui coupera le ruban du nouveau Théâtre de la Ville, auriez-vous refusé ça ? Bonne chance France. Félicitations Caroline, vous ne pouviez choisir mieux.

Louis-Philippe Guy
Animateur d’affaires publiques au FM 103,3 à Longueuil de 2008 à 2012 »

Nouvelle formule pour la chronique hebdomadaire Boucherville5021

À la suite du départ de Louis-Philippe Guy, c’est le journaliste Henri-Paul Raymond qui animera dorénavant l’émission quotidienne « Les citoyens ont raison » sur les ondes du FM103,3, et ce, de façon intérimaire d’ici la fin de l’année.

La direction a décidé d’écourter l’émission du midi de 90 à 60 minutes. Par conséquent, la durée de la chronique sur Boucherville est réduite de 30 à 15 minutes. Évidemment, je ne disposerai pas d’autant de temps pour commenter autant de dossiers en détail chaque semaine et devrai donc faire des choix.

Si l’actualité bouchervilloise est marquée par un événement majeur, je pourrai demander plus de temps, sous réserve de ce qui est déjà prévu à la programmation du vendredi en question.

Demeurez donc à l’écoute de la chronique « Boucherville5021 avec Sébastien St-François » – tous les vendredis de 11 h 30 à 11 h 45 – au cours de laquelle je mets mon grain de sel dans les dossiers qui marquent l’actualité politique et citoyenne à Boucherville!

Sébastien St-François

Merci, Louis-Philippe…

Les réseaux sociaux n’ont pas fini de nous réserver des surprises. Hier après-midi au bureau, une courte pause de mon travail pour consulter Facebook. C’est alors que je prends connaissance d’une nouvelle-choc concernant l’animateur du matin et du midi du FM 103,3 : « Le 12 octobre sera ma dernière journée au FM 103,3! 4 ans et demi de plaisir à couvrir un territoire fascinant, la Rive-Sud de Montréal, particulièrement l’Agglo de Longueuil. Merci aux citoyens, aux élus, aux intervenants locaux et à mes chroniqueurs pour ces belles années en ondes. »

Louis-Philippe, tu m’as vraiment pris de court… Plusieurs personnes ont probablement eu la même réaction initiale que moi : Non, ça ne se peut pas, ça doit être un canular. Louis-Philippe Guy, c’est un pilier de la radio de Longueuil, il ne peut pas partir.

Pourtant, dans les minutes qui ont suivi, la nouvelle s’est concrétisée : le FM 103,3 se cherche un nouvel animateur pour ses émissions du matin et du midi. C’est bel et bien vrai. Louis-Philippe quitte pour Radio X Montréal. Wow! Comme quoi chaque jour nous réserve son lot de surprises…

La date annoncée de ton départ coïncide presque jour pour jour avec mon arrivée à ta table ronde du vendredi en octobre 2010. Au cours de ces deux années, nous avons beaucoup échangé sur une foule de sujets touchant Boucherville. Alors que je ne connaissais à peu près pas le FM 103,3 avant octobre 2010, il fait aujourd’hui partie de mon quotidien. Au cours des 24 derniers mois, j’ai découvert un animateur très talentueux, une véritable encyclopédie humaine, une personne capable de « se virer sur un dix cents » et un professionnel dont la liste d’invités qu’il a reçus n’a rien à envier à d’autres stations de radio à plus large diffusion. Surtout, j’ai appris à connaître un gars passionné pour son métier et qui y donne son 110 %.

Nos échanges hebdomadaires se termineront donc le 12 octobre prochain. Je t’avoue que ces échanges du vendredi avec toi vont me manquer, mais, dans la vie, nos ambitions nous mènent dans différentes directions et il faut toujours suivre son cœur. Je n’ai aucun doute que c’est ce qui a guidé ta décision de relever un nouveau défi « sur la grande île » et je tiens à te souhaiter un franc succès dans cette nouvelle aventure radiophonique qui t’attend.

Au plaisir d’échanger avec toi pendant encore quelques semaines sur les ondes du FM 103,3!

Sébastien St-François

Une p’tite dernière avant la grande pause estivale

Mes commentaires sur les derniers développements dans deux dossiers d’actualité : la construction de la caserne de pompiers, dont la mise en exploitation est prévue pour la fin de 2013, et le projet de centre multisports.

Cliquez sur le lien pour écouter mon entretien avec Louis-Philippe Guy, animateur de l’émission Allez debout! sur les ondes du FM103,3 (ça commence à 33:05).

http://podcast.fm1033.ca/podcast/download_mp3/31846.mp3

Bon été!

Sébastien St-François

Analyse du PTI 2012-2013-2014

Je vous présente en vrac un certain nombre de non-sens ou de problèmes décelés dans le Programme triennal d’immobilisations adopté à la majorité par le conseil municipal en décembre dernier. Pour vous procurer le document du PTI, vous pouvez formuler une demande d’accès à l’information auprès de la greffière de la Ville (Marie-Pier.Lamarche@boucherville.ca). Vous pouvez également envoyer un courriel à Boucherville5021@gmail.com et je me ferai un plaisir de vous le faire parvenir.

Sans plus tarder, voici quelques-unes des incongruités et aberrations dont vous pourrez prendre connaissance dans le PTI…

Développement du territoire

Lignes 4, 5 et 6 : 11 M$ sur trois ans, pas mal d’argent pour une administration qui souhaite ralentir le développement sur notre territoire et met les bâtons dans les roues des promoteurs depuis son élection…

Amélioration des infrastructures

Ligne 14 (réfection de la rue de Montmagny) : Les travaux seront étalés sur deux exercices budgétaires. Conséquence : ces citoyens seront incommodés par de la machinerie lourde pendant trois étés consécutifs (2012 : première moitié de la rue; 2013 : deuxième moitié de la rue + deuxième couche d’asphalte sur la première moitié; 2014 : deuxième couche d’asphalte sur la deuxième moitié).

Ligne 23 (programme de resurfaçage de diverses rues) : 4,7 M$, soit 3,5 M$ pour la rue de Montarville (entre les autoroutes 20 et 30) et seulement 1,2 M$ pour toutes les autres rues de la ville (dans les années précédentes, le budget oscillait autour des 2,0-2,1 M$). Et pourquoi 3,5 M$ maintenant pour une rue de Montarville à deux voies? Cette rue devra éventuellement être élargie à quatre voies selon le plan d’urbanisme! C’est une dépense carrément inutile! En outre, combien d’années ce resurfaçage durera-t-il, puisque des centaines de camions empruntent cet axe routier chaque jour? De plus, à ce que je sache, ce tronçon fait partie du réseau artériel et la facture doit être partagée entre Saint-Bruno, Boucherville et l’agglomération de Longueuil. En quoi est-ce équitable d’imposer la facture totale aux Bouchervillois?

Ligne 60 : 1,0 M$ pour le pavage de l’accotement de cette même rue (de Montarville). Pour quelle raison? Pour en faire une piste cyclable, le long d’une rue où circulent des centaines de camions chaque jour. Qui sera assez téméraire pour se promener en vélo dans un endroit aussi dangereux? Tout cela pour respecter une promesse électorale souhaitée par une nette minorité d’entre nous…

Ligne 61 : Projet de passerelle prévu en 2013 afin de rejoindre la nouvelle piste cyclable sur Montarville, soit un an après l’aménagement de la piste cyclable. Comment les cyclistes pourront-ils se rendre de la piste cyclable du côté est de l’autoroute 20 au côté ouest de la même autoroute? Ils devront circuler sous le viaduc de l’autoroute 20, dans une intersection serpentée par plusieurs rampes d’accès et voies de virage et n’offrant aucune protection aux piétons et aux cyclistes. De plus, cette passerelle coûtera 6 250 000 $!!! Une fois terminée, cette piste cyclable aura donc coûté 10 750 000 $ à nous, contribuables, et ce total ne tient pas compte des « extras » ou des inévitables imprévus…

Ligne 33 : Pavage de l’accotement sur la rue Du Boisé (sans bollards). Avec l’aval des propriétaires, des fossés ont été aménagés dans ce secteur et les trottoirs y sont absents. Pourquoi ces 500 000 $ figurent-ils au PTI? Ces travaux doivent être payés par une taxe de répartition locale, car ce n’est pas à l’ensemble des Bouchervillois de payer pour ce changement de cap de quelques propriétaires à même le fonds général! Où est l’équité dans cette décision du conseil?

Bâtiments

Ligne 67 (centre d’art à l’hôtel Boucherville) : « Seulement » 3,5 M$ pour rénover un vieil hôtel de trois étages + sous-sol. De plus, le sol et tous les murs sont contaminés. Comment est-ce possible de faire le tout pour 3,5 M$ quand le simple ajout d’une annexe d’environ 40 pieds x 40 pieds (au Cercle social Pierre-Boucher) aura coûté 2,3 M$ + 500 000 $ pour le stationnement (ligne 91), soit 2,8 M$, encore sans compter d’éventuels coûts additionnels et « extras »?

Ligne 68 (centre multisports intérieur) : « Seulement » 2 M$ pour un centre intégrant soccer intérieur, gymnases, pétanque intérieure, etc. Cherchez l’erreur! Comparez à la ligne 47 (1,5 M$ pour un seul terrain synthétique de soccer).

Dépenses non nécessaires/non urgentes/non prioritaires

Agrandissement de la Maison des jeunes : 200 000 $ (ligne 48)
Installation de jeux d’eau au parc de l’école Antoine-Girouard : 200 000 $ (ligne 52)
Ajout d’un abreuvoir aux terrains de pétanque extérieurs du Parc Vincent-d’Indy (construits en 2011) : 25 000 $ (ligne 54)
Mise à niveau du « skate park » : 200 000 $
Patinoire extérieure réfrigérée au centre sportif Pierre-Laporte : 750 000 $ (ligne 78)
Verrière du Centre multifonctionnel : 300 000 $ (ligne 89)

Conclusion

Je vous invite à prendre connaissance du document du PTI et à y tirer vos propres conclusions. Pour ma part, pour une équipe qui se targue d’être formée de gestionnaires responsables, de gens soucieux de la capacité de payer des contribuables, ce programme triennal d’immobilisations ne le reflète pas. Il y a beaucoup de gaspillage éhonté des fonds publics, de notre argent, sur des projets conçus pour plaire à des groupuscules en cette année « préélectorale ».

Je suis indigné qu’un « jeune » maire ait recours à des tactiques d’une ère révolue pour préparer le terrain à sa possible réélection en 2013. Bouchervillois, je vous invite à faire savoir à M. Martel que de telles tactiques électoralistes n’ont plus leur place et que vous refusez d’en faire les frais.

Sébastien St-François

Merci à Louis-Philippe Guy pour le temps d’antenne accordée aujourd’hui :

Partie 1 de 2 (à compter de 04:15)
Partie 2 de 2

Francine Crevier-Bélair se confie

Pour la première fois depuis son expulsion de l’équipe Jean Martel, la conseillère dorénavant indépendante Francine Crevier-Bélair se confie en ondes à Louis-Philippe Guy du FM 103,3.

Citoyens de Boucherville, je vous invite à bien écouter cette entrevue. Pourquoi Mme Crevier-Bélair dérangeait-elle autant?

Partie 1 de 3 (à compter de 05:00)

Partie 2 de 3

Partie 3 de 3

Sébastien St-François

Un « flop » qui fait beaucoup jaser…

Vendredi dernier, j’annonçais en primeur sur les ondes du FM103,3 le déraillement du processus électoral devant mener à la formation d’un deuxième conseil municipal jeunesse à Boucherville. Depuis, plusieurs intervenants de la Ville se sont présentés au micro pour justifier la position de la Ville dans ce dossier. Je vous invite d’ailleurs à écouter deux entrevues :

 

Entrevue accordée par Stéphanie Plamondon, conseillère à la participation citoyenne et aux communications pour la Ville de Boucherville, à Louis-Philippe Guy le lundi 5 décembre :

Partie 1 de 1 (à partir de 03:35 du début)

Entrevue accordée par Jean Martel, maire de Boucherville, à Louis-Philippe Guy le mardi 6 décembre :

Partie 1 de 2 (à partir de 04:16 du début)
Partie 2 de 2

 

Je trouve fort regrettable que le maire jette le blâme pour le déraillement du processus sur le candidat ayant tenu à ce que tous les candidats respectent les mêmes règles. Oui, le but est d’intéresser les jeunes à la politique municipale, mais encore est-il important de leur enseigner l’importance de jouer selon les règles. Tout processus électoral qui se respecte fonctionne selon des règles préétablies et il n’y a pas lieu de les modifier en cours de route. Les candidats retardataires auraient eu l’occasion de présenter leur candidature à nouveau aux prochaines élections, et il l’auraient sûrement fait à temps cette fois-là, même si le maire explique que les règles seront assouplies au point où le concept de date-limite ou d’heure-limite perdra tout sens contraignant.

Bref, je m’explique mal pourquoi le maire a cherché à discréditer la personne ayant insisté pour que les règles soient respectées. De toute façon, si la candidature de l’équipe retardataire avait été rejetée d’office, comme elle aurait dû l’être, le processus n’aurait pas déraillé et la Ville ne serait pas aux prises avec cette patate chaude. Quant à moi, le maire n’a que lui à blâmer pour le déraillement de ce processus citoyen.

Nous reviendrons sûrement sur ce dossier vendredi dans le cadre des « Bouchervillois de la table ronde ».

Sébastien St-François

Une autre victoire pour la plateforme électorale…


Lundi dernier, à peine quelque 435 citoyens se sont déplacés pour signer le registre sur le règlement d’emprunt pour l’agrandissement du Cercle social Pierre-Boucher, projet controversé s’il y en a un mis de l’avant par l’administration Martel. Rappelons qu’il fallait 811 signatures pour espérer la tenue d’un référendum sur ce règlement d’emprunt. C’est donc un résultat décevant, mais il y a lieu de relativiser le tout. Réussir à faire signer un registre par 435 personnes est un exploit en soi, car on sait combien peu les gens s’intéressent à la politique municipale et qu’ils se contentent souvent de se plaindre sans agir pour changer des choses ou faire entendre leur mécontentement. Aussi, du nombre des signataires lundi dernier était nulle autre que Francine Gadbois, ancienne mairesse de Boucherville. Le fait que l’ex-mairesse a décidé de passer outre à son « devoir de réserve » et de signer ce registre lance un message sans équivoque sur ce projet d’agrandissement rafistolé. Pour sa part, le maire, après avoir pris acte des résultats, s’est contenté d’affirmer qu’environ un pour cent de la population avait signé le registre et que le projet ira donc de l’avant comme prévu, sans aucune modification pour tenir compte des doléances justifiées de certains citoyens.

Même si M. Martel se limite ainsi à n’écouter que les petits groupes favorables à ce projet, un message clair lui a néanmoins été livré le 6 juin. Cependant, puisque Boucherville semble administrée davantage par une plateforme électorale qu’un maire, cette promesse électorale sera réalisée aux frais de nous tous et nous ne pouvons qu’espérer maintenant que le budget (déjà élevé pour un projet sans vision à long terme) soit respecté et que les résidents des zones visée et contiguë apprennent à vivre avec le manque d’espace et l’intensification inévitable de la circulation véhiculaire dans les environs immédiats du 31 de la rue Pierre-Boucher…

Je tiens néanmoins à remercier toutes les personnes qui ont pris le temps d’aller signer le registre. Un merci tout particulier à Jean-Louis Richer, ex-conseiller municipal qui connaît très bien le dossier, qui a réalisé tout un travail de mobilisation au cours des jours menant à la signature du registre, entre autres en distribuant quelque 1300 feuillets d’information. Tous les signataires ont fait leur part pour tenter de faire entendre raison au conseil municipal. Mais encore, même si le nombre requis de signatures avait été atteint, rien n’aurait empêché M. Martel de faire fi du résultat et de contourner le processus référendaire en payant son projet au comptant. On ne le saura jamais, mais permettez-moi d’avoir un doute. De toute évidence, la priorité des élus en place est de respecter leurs promesses électorales, que ces dernières passent le test de la bonne gouvernance ou non.

Comme je mentionne plus haut, j’ai souvent l’impression que Boucherville est administrée davantage par une plateforme électorale qu’un maire depuis bientôt deux ans. Le problème fondamental est que cette plateforme n’a obtenu l’aval que d’environ 25 % des électeurs. Pensons aux nombreux projets et achats controversés (Cercle social Pierre-Boucher, terre agricole, piste cyclable, etc.), au départ précipité de plusieurs piliers de la fonction publique municipale, aux congés de maladie à l’hôtel de ville, à la forte hausse du budget des communications sous prétexte que c’est le prix à payer « pour écouter et parler aux citoyens »… Pendant ce temps, la qualité des services essentiels qu’une municipalité doit livrer à ses citoyens est à la baisse, comme en témoignent de nombreuses lettres ouvertes dans les journaux, la dette continue d’augmenter et le mécontentement demeure bien présent au sein d’une partie importante de la population.

Si je consacre somme toute beaucoup de temps à la préparation de notre chronique hebdomadaire « Bouchervillois de la table ronde » et à la gestion de Boucherville5021.com, c’est par passion pour ma ville. J’aime Boucherville, j’y réside presque depuis ma naissance et je compte y demeurer pendant bien des années encore. Je n’aime pas la tournure que prend la Ville depuis novembre 2009, je déplore que nous sommes gérés davantage par un programme électoral qu’un maire soucieux des intérêts de l’ensemble de la population qu’il a le devoir de représenter, je suis inquiet de constater que nos élus tentent par tous les moyens d’utiliser notre argent pour plaire aux groupes qui les ont portés au pouvoir au lieu de s’affairer à leur tâche principale et primordiale, celle de gérer la ville dans l’intérêt de tous, notamment de tous ceux qui paient les comptes et leurs salaires.

Depuis le début, Boucherville5021.com se donne pour mission d’intéresser les citoyens à ce qui se passe dans leur ville et aux décisions qui se prennent à leur hôtel de ville. Contrairement à l’administration Martel, nous ne disposons pas d’un budget de communications de 866 000 $ pour « répandre la bonne nouvelle ». Malgré cela, Boucherville5021.com fait des vagues et joue son rôle – intéresser les Bouchervillois à l’actualité municipale et laisser savoir à nos élus que les Bouchervillois les ont à l’œil malgré l’absence d’une opposition officielle à l’hôtel de ville.

Maintenant que l’été approche et que l’actualité se fera moins généreuse au cours des prochaines semaines, nous en profiterons pour prendre un peu de répit. Cependant, si des dossiers importants font surface d’ici la rentrée automnale, soyez assurés que nous les commenterons sur ces pages. Nous vous invitons donc à revenir nous lire au cours des prochaines semaines et, encore une fois, il vous suffit de vous abonner (anonymement) pour recevoir une notification par courriel chaque fois que du nouveau contenu s’ajoute au site. Quant aux « Bouchervillois de la table ronde », ils seront de retour en ondes à compter du vendredi 2 septembre.

D’ailleurs, je tiens à remercier très sincèrement Louis-Philippe Guy, animateur de l’émission Les citoyens ont raison du FM 103,3, pour l’importance qu’il accorde chaque semaine à la voix citoyenne au sein de l’agglomération de Longueuil. Avec ses collègues, dont le journaliste Henri-Paul Raymond, ils font un sacré travail pour informer leurs auditeurs des faits marquant de l’actualité dans les villes de l’agglomération et leur brochette d’invités n’a pas grand-chose à envier aux grandes chaînes d’information. Ils accomplissent beaucoup avec des moyens relativement modestes, et c’est un privilège pour moi de participer chaque semaine à la demi-heure consacrée à Boucherville.

Sur ce, bon été, profitez du beau temps et continuez d’être fiers d’être Bouchervillois!

Sébastien St-François