Archives du mot-clé complexe aquatique

Bouchervillois, avant de voter, lisez bien ceci*

*Un texte de Raymond Gaudin

Jean Martel se targue d’être un bon administrateur. La vérité est bien loin de cela.

Lire la suite

Jean Martel en mode électoral, déjà?

12301567_10208217757661198_7441736374978979262_nSource : Ville de Boucherville

C’est mardi soir dernier que Dominic Lévesque, conseiller municipal responsable des finances, a présenté – avec l’enthousiasme et le charisme d’un « 2 par 4 » – les grandes lignes du budget 2016 de la Ville de Boucherville.

Deux ans avant les prochaines élections municipales, l’administration municipale se targue d’offrir un troisième gel de taxes en quatre ans. En ce qui me concerne, c’est un juste retour du balancier après des années de surplus indécents dégagés sur le dos des contribuables (4,8 M$ pour 2010, 5,85 M$ pour 2011, 7 M$ pour 2012, 4,2 M$ pour 2013, « seulement » 3,5 M$ en 2014). En clair, les contribuables bouchervillois ont été surtaxés pendant plusieurs années du règne de l’actuel maire de Boucherville. Il reste à voir l’incidence que la construction du méga complexe aquatique (annoncée à 32 M$ – on verra bien à combien montera la facture finale…) aura sur nos comptes de taxes futurs.

Ensuite, l’administration municipale se targue d’une quatrième baisse consécutive de la dette au 31 décembre 2015. D’abord, il faut relativer les choses : il s’agit d’une baisse de 500 000 $ sur un montant qui s’établissait à 98,6 M$ au 31 décembre 2014. Ensuite, c’est sûr que la dette baisse, car Jean Martel fait tout ce qu’il peut depuis plusieurs années – soit depuis la signature d’un registre en mars 2012 ayant eu pour effet de bloquer son projet de piste cyclable entre Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville, projet ayant d’ailleurs été payé « cash » depuis, malgré la désapprobation exprimée antérieurement par quelque 1047 citoyens/contribuables – pour payer ses promesses électorales au comptant (terre agricole (1,3 M$), terrain de La Saulaie (2,3 M$), agrandissement du Cercle social Pierre-Boucher (au moins 2,3 M$), Café centre d’art (7,4 M$++)). En mars 2013, Jean Martel avait publiquement avoué qu’il ne souhaitait plus voir ses projets contestés démocratiquement par la population. Il se prévaut donc d’une disposition de la Loi sur les cités et villes qui lui permet de payer comptant et d’ainsi carrément museler de potentiels et possibles contestataires. Alors, la dette peut bien être en baisse, d’autant plus que le développement immobilier est en très forte baisse à Boucherville depuis maintenant six ans, ce qui diminue nécessairement de beaucoup les investissements auxquels la Ville doit procéder.

Je vais donner un morceau de robot à l’administration pour sa décision de réduire les frais d’inscription aux camps de jour de 25 %. Nous inscrivons notre fils au camp de jour de la Ville depuis deux ans et ces frais sont élevés. Quelle sera l’incidence de cette réduction sur les finances publiques allant de l’avant? Pas un mot là-dessus pendant la présentation.

C’est au dernier chapitre que le bât blesse. L’administration Martel n’investira que 6,6 M$ dans des travaux d’infrastructures (sic!) de rues et de pavage au cours de la prochaine année. C’est nettement insuffisant quand on sait que le déficit d’entretien de notre infrastructure souterraine totalise des dizaines de kilomètres depuis des années. À ce chapitre, Jean Martel fait très piètre figure et le déficit d’entretien ne cesse de se creuser sous sa gouverne. Vous en parlerez aux résidents de la rue Louis-Normandin qui se sont fait répondre par un employé municipal que la Ville n’avait pas d’argent pour réparer ou remplacer des tuyaux datant de 1957… Ces citoyens envisagent maintenant la possibilité de poursuivre la Ville, et je ferais pareil. Si on n’est pas en droit de s’attendre à ce que la municipalité nous approvisionne en eau potable en échange des taxes qu’on paie, il y a là tout un problème!

Enfin, pas un traître mot durant cette présentation budgétaire sur la deuxième caserne de pompiers, qui devait être opérationnelle sur notre territoire avant la fin de 2013 et dont la construction se fait toujours cruellement attendre…

Sébastien St-François

D’une désinvolture révoltante

image
Source : TC Media – Archives

Je tiens à remercier une fois de plus le journal La Seigneurie pour sa couverture journalistique rigoureuse de ce qu’est devenue la « saga du Café centre d’art ». Les Bouchervillois qui se fient uniquement à l’autre hebdo local pour s’informer sur l’actualité municipale n’ont pas droit à la même information sur ce dossier. Ces mêmes Bouchervillois ne savent même pas que le maire Jean Martel fait l’objet d’une plainte déposée auprès de la Commission municipale du Québec à la suite de la nomination de Roger Maisonneuve au poste de directeur général de la Ville. Un dossier ayant pourtant suscité l’intérêt de médias nationaux comme TVA et Radio-Canada!

À la page 3 de son numéro du mercredi 30 septembre, La Seigneurie nous informe que le Café centre d’art n’aura pas coûté 4,8 M$, mais plutôt au moins 7,4 M$ (un dépassement de coûts d’au moins 54 %!)… Au moins parce qu’il reste encore des coûts à venir : poursuites contre la Ville intentées par des sous-traitants de l’entrepreneur disparu dans la nature (tout comme l’assureur de ce dernier), aménagement de quelques cases de stationnement sur un terrain payé 220 000 $, etc. Le journaliste Olivier Robichaud invoque la possibilité que la facture finale atteigne 8,5 M$ – ce qui représenterait un dépassement de non moins de 77 % du budget initialement prévu de 4,8 M$. N’importe quel gestionnaire responsable d’un tel dépassement de coûts serait normalement congédié.

J’ai souvent commenté ce dossier au fil des ans et dénoncé à plus d’une reprise le coût de ce projet. Mon opinion sur ce projet et sur la façon dont il a été financé est bien connue et ne changera pas. Cependant, ce qui m’irrite encore plus est l’attitude totalement désinvolte du maire Martel et de son équipe. « C’est sûr que je me serais passé de tout ça [bon nombre de ses concitoyens aussi], mais c’est fait et aujourd’hui on assiste au produit final », peut-on lire dans l’article du journaliste.

Pis encore, Jean Martel espère que son Café centre d’art serve de moteur économique pour ce secteur de Boucherville [le Vieux-Boucherville]. Je ne sais pas sur quoi repose sa prétendue expertise en matière d’économie ou de finances, mais au prix que ce centre a coûté, il faudra attendre de très longues années avant que l’« investissement » ne se rentabilise et ne commence à générer des profits pour la Ville au bénéfice des contribuables qui sont passés à la caisse pour financer le projet.

« C’est un édifice qui date de 1892, donc il y a toujours des surprises. » C’était évident dès le départ. C’était écrit dans le ciel… Cette désinvolture de la part d’un premier magistrat qui se targue chaque année d’appliquer une « taxation limitée et responsable » et qui se pavane partout pour vanter ses prétendus talents autoproclamés de grand gestionnaire devrait plutôt ravaler sa fierté et se montrer plus humble. Dans la conjoncture économique et politique actuelle, un dépassement de coûts qui se chiffre à l’heure actuelle à au moins 54 % et pourrait atteindre 77 % est inacceptable et témoigne d’une totale incompétence. Plus d’un politicien serait crucifié sur la place publique en pareilles circonstances. Et les Bouchervillois ont tout autant raison de craindre de nouveaux dépassements de coûts dans le mégaprojet du complexe aquatique, dont la gestion a été confiée par Jean Martel à son directeur général, Roger Maisonneuve, qui n’a aucune expérience en pareille matière.

Mais, c’est vrai, la dette a baissé! Certaines gens pensent donc que Jean Martel et ses sbires font un EXCELLENT travail… Mais il ne faudrait pas perdre de vue que cette baisse de la dette leur sert aussi d’écran de fumée pour faire oublier les millions de dollars de notre argent qu’ils ont dilapidés dans des projets bien secondaires, voire farfelus, depuis leur élection en 2009.

Sébastien St-François

Un véritable fiasco aux frais des contribuables…

SONY DSC
Je viens de lire la couverture du journal La Seigneurie sur le café-centre d’arts dans son numéro du mercredi 5 août 2015. Je suis bouche bée. Dès le départ, j’avais prédit que la facture totale de ce projet frôlerait ou dépasserait les 10 M$, mais j’espérais avoir tort. Si mon calcul est bon, 4,8 M$ + 2,3 M$ en poursuites actuellement (d’autres sont peut-être à venir selon le journal) = 7,1 M$. Ajoutons à cette somme quelque 1,1 M$ pour l’expropriation, Dieu sait combien en honoraires d’avocats payés dans ce dossier depuis le début, plus de 500 000 $ pour l’aménagement de quelques cases de stationnement et ce n’est toujours pas fini… Pis encore, une bonne partie de ces montants a été puisée directement des surplus non affectés de la Ville pour museler toute opposition citoyenne (aveu même du maire Jean Martel dans un article de La Seigneurie paru il y a quelques années). Cette administration municipale n’est plus digne de la confiance des contribuables de Boucherville.

On apprend aussi, à la page 4 du journal, que l’entreprise à laquelle la Ville avait confié la phase 3 du projet (3,4 M$) a disparu dans la nature, tout comme son assureur, Sûreté de l’Ouest du Canada. De toute évidence, les élus et/ou les fonctionnaires n’ont pas fait leurs devoirs. Mais encore, rappelons-nous que Jean Martel avait négocié pendant de longs mois en 2011-2012 avec Carol Brunet, un notaire radié et condamné pour détournement de fonds et non-paiement de factures, pour la construction d’un centre multisports évalué à 27 M$ sur notre territoire

Maintenant, la Ville se lance dans un gigantesque projet de complexe aquatique qu’elle évalue à 32 M$. Je prédis que la facture totale dépassera les 40 M$, car la réfection et la transformation d’un bâtiment remontant aux années 1960 nous réservent sûrement de nombreuses surprises. La Ville de Laval plane actuellement sur un projet de complexe aquatique de 40 M$, sauf que Laval compte plus de 400 000 habitants – soit près de dix fois plus que Boucherville. Pis encore, la gestion du projet sera confiée au nouveau directeur général, Roger Maisonneuve, celui même qui a avoué avoir une connaissance « de base » du fonctionnement de l’appareil municipal et qui n’a jamais géré un projet d’une telle envergure dans sa carrière. Rares sont les avocats qui sont de bons administrateurs, mais moult avocats aboutissent en politique et on connaît la suite – à tous les nouveaux de gouvernement. À Boucherville, notre premier magistrat et maintenant notre directeur général sont des avocats de profession. Cette administration municipale ne mérite plus la confiance des contribuables bouchervillois qui doivent financer contre leur gré leurs projets fantaisistes, irréfléchis et mal ficelés!

Sébastien St-François

Assiduité défaillante

15_07_14_PV_2015714135434Le 14 juillet dernier, le conseil municipal de Boucherville a siégé en séance extraordinaire, notamment pour adjudiquer un contrat pour la réfection du Centre sportif Pierre-Laporte en complexe aquatique – un projet grandiose ayant fait l’objet de deux signatures de registre. Ce soir-là, un contrat de 30,6 M$ a été adjudiqué à la firme EBC inc.

Lors de cette même séance, deux contrats totalisant plus de 171 000 $ ont été attribués à deux firmes pour des études en vue de l’aménagement d’une piste cyclable le long du fleuve Saint-Laurent entre le tunnel L.-H. La Fontaine à Longueuil et le Club d’aviron à Boucherville…

Fidèle à mes habitudes, j’ai consulté le procès-verbal de cette séance, accessible sur le site Web de la Ville de Boucherville. Alors que s’adjudiquait le plus important contrat unique de l’histoire de la Ville, non moins de la moitié des conseillers étaient absents : Alexandra Capone, Yan Savaria-Laquerre, Dominic Lévesque et Jacqueline Boubane. Pour certains de ces membres du conseil municipal, c’est loin d’être leur première absence à une séance – ordinaire ou extraordinaire –, comme en témoignent les procès-verbaux de la Ville de Boucherville.

Dans ce cas précis, la situation me préoccupe à la fois comme citoyen de Boucherville depuis plusieurs décennies et « payeur de taxes » qui contribue à payer les émoluments des élus et qui sera appelé à financer ce projet de complexe aquatique : la moitié des conseillers n’ont pas jugé bon d’être présents pour ce vote pour des raisons que j’ignore et il s’agit du plus important contrat public de l’histoire de Boucherville.

Le 21 juillet dernier, j’ai envoyé un courriel à ma conseillère municipale, Magalie Queval, pour lui demander des explications à cet égard. Le maire Jean Martel fut inclus en copie conforme. Une semaine plus tard, une réponse à mon courriel se fait toujours attendre. Jusqu’à preuve du contraire, je vais mettre ça sur le compte des vacances de la construction…

Sébastien St-François

Rendez-vous référendaire à Boucherville

NCAB_RAPPORT_140708_Images_35__vue_sur_els_2_bassins_Web__2014117152024Source : boucherville.ca

Le lundi 10 novembre, un total de 902 personnes se sont déplacées à l’hôtel de ville pour signer un registre afin de manifester à l’administration municipale leur opposition à un règlement d’emprunt de 34 M$ pour financer un futur complexe aquatique. En vertu de la loi, il fallait 804 signatures pour bloquer ledit règlement d’emprunt.

C’est la deuxième fois depuis l’entrée en fonctions du maire Jean Martel en 2009 que des citoyens se mobilisent pour bloquer un règlement d’emprunt. En effet, en mars 2012, 1047 citoyens s’étaient mobilisés pour bloquer un règlement d’emprunt beaucoup moins élevé concernant l’aménagement d’une piste cyclable entre Boucherville et Saint-Bruno. Dans ce dossier, on connaît la suite. Plus tôt cette année, le maire est revenu à la charge avec le même projet de piste cyclable – cette fois décidant de faire fi de la démocratie en puisant dans les surplus de la Ville pour financer le projet au comptant et ainsi museler toute opposition possible de la part des citoyens. Ainsi est faite la Loi sur les cités et villes, censée protéger les citoyens des municipalités du Québec… J’avais écrit au ministre de l’époque, Sylvain Gaudreault, mais je n’avais eu droit qu’à un accusé de réception laconique en guise de réponse aux doléances exprimées dans ma lettre.

Dans le cas du complexe aquatique, la Ville ne dispose évidemment pas des liquidités nécessaires pour financer le projet au comptant. Donc, le soir même que le résultat de la signature de registre a été connu, le maire a annoncé que son projet fera l’objet d’un référendum en janvier ou février 2015.

Les citoyens ayant signé le registre ont voulu envoyer un message au conseil municipal, mais il y a lieu d’interpréter ce message correctement. Rares sont les Bouchervillois qui ne reconnaissent pas la vétusté de nos installations aquatiques et personne (à ma connaissance) ayant signé le registre ne s’oppose à la mise à niveau de ces installations qui ont vieilli au fil des ans. Là où ça accroche pour les signataires du registre, c’est au niveau du coût du projet proposé par l’administration municipale : 34 M$, c’est sans précédent, et ça ne tient pas compte des inévitables dépassements de coûts qu’on observe dans la vaste majorité des projets publics entrepris ici comme ailleurs. À Boucherville, pensons à des exemples récents comme le Cercle social Pierre-Boucher et le Centre d’arts. Dans un cas comme dans l’autre, le budget initialement annoncé n’a pas été respecté.

Le maire nous explique que nous devons agir rapidement pour ne pas perdre les quelque 10 M$ en subventions octroyées au projet. Il avance que le projet ne coûtera pas 34 M$, mais 24 M$. Il affirme également ceci, rapporté la semaine dernière par le journal La Seigneurie : « On a réussi à baisser la dette afin de se dégager une marge de manœuvre et être capable de réaliser le projet en limitant l’impact sur les comptes de taxes. »

À mon avis, un tel raisonnement ne tient pas la route pour deux raisons. Premièrement, qu’en est-il des autres priorités actuelles et futures de la municipalité? Pensons notamment aux travaux de réfection (voirie et réseau d’égouts). En 2009, notre déficit à cet égard atteignait quelque 40 kilomètres. Depuis 2009, selon le Palmarès des municipalités des HEC Montréal, la croissance annuelle moyenne des dépenses à ces chapitres a baissé de quelque 30 % dans le cas de Boucherville. Cela m’indique que le déficit se creuse depuis cinq ans. Quand on sait combien coûte la réfection complète (surface + souterrain) d’un kilomètre de voirie, nous en avons pour des dizaines de millions de dollars en dépenses prévisibles au cours des prochaines années – juste pour rattraper le retard accusé depuis le début du millénaire. Sachant cela, avons-nous vraiment les moyens de nous payer le complexe aquatique mis de l’avant par Jean Martel?

Deuxièmement, ce n’est pas parce que nous bénéficierions de subventions totalisant environ 10 M$ que nous avons les moyens de ce projet et que le coût définitif du projet se limitera à 34 M$ (24 M$ après subventions). C’est comme si vous aviez des travaux majeurs à faire effectuer sur votre maison. Votre budget est serré et vous devez également remplacer votre voiture. Vous n’en avez pas les moyens, mais vous vous laissez tenter par l’offre d’un vendeur de voitures de luxe, qui vous propose une réduction du prix de quelques milliers de dollars pour vous convaincre à signer… Est-il pour autant responsable de succomber à la tentation si la décision est mise en contexte?

Sur le plan démocratique, la signature du registre aura l’avantage de permettre la tenue d’un débat éclairé sur la question, et le fardeau de la preuve revient maintenant au conseil municipal. En effet, les membres du conseil municipal doivent nous donner toute l’information nécessaire afin que nous puissions nous prononcer sur leur projet en toute connaissance de cause. Les citoyens ont besoin d’obtenir les réponses à toutes leurs questions afin d’être en mesure de prendre une décision éclairée sur le bien-fondé d’investir autant d’argent dans un seul projet.

Quelques questions me viennent spontanément à l’esprit :

  1. En quoi ce projet (comprenons-nous bien, pas une mise à niveau de la piscine, mais le projet de 34 M$+ actuellement proposé par l’administration) est-il absolument nécessaire pour la population de Boucherville? Pourquoi un projet plus modeste et moins coûteux n’a-t-il pas été envisagé?
  2. En quoi ce projet est-il prioritaire et s’il allait de l’avant, quelle serait l’incidence sur la capacité de la Ville à financer adéquatement d’autres travaux prioritaires sans alourdir indûment le fardeau fiscal des contribuables?
  3. En quoi ce projet serait-il rentable pour Boucherville et sa population? Autrement dit, en avons-nous vraiment les moyens et quelle serait l’incidence (chiffrée) sur nos comptes de taxes futurs? L’information vague fournie par le maire à ce propos ne me satisfait pas.

Ce sera donc un dossier à suivre de près au cours des semaines et des mois à venir, et tout un chacun doit s’assurer d’avoir en main toute l’information pertinente et nécessaire pour prendre la décision la plus judicieuse qui soit en tenant compte de notre capacité de payer collective et des autres priorités de notre municipalité. Deux choix sont possibles : on accepte le grandiose projet qui nous est proposé ou on demande au conseil municipal de refaire ses devoirs et de nous revenir avec un nouveau projet plus modeste et donc d’une facture plus raisonnable.

Sébastien St-François

Boucherville a perdu le sens des priorités

annonce_budget_groupe_17dec2014_media_WEB_20131218909Source : boucherville.ca

Je suis de ceux qui signeront le registre à l’hôtel de ville le lundi 10 novembre pour m’opposer au règlement d’emprunt de 34 M$ pour financer le projet de complexe aquatique du maire Jean Martel.

Pourtant, je suis favorable à l’aménagement d’une nouvelle piscine, car notre piscine municipale est une véritable honte. Chaque fois que j’accompagne mon fils à ses cours de natation hebdomadaires, je n’en reviens pas combien cette installation est rendue vétuste, non hygiénique et j’en passe…

Par contre, un moment donné, il faut avoir le sens des priorités. Selon le Palmarès des municipalités dressé par HEC Montréal, Boucherville se classe au 652e rang sur 766 municipalités à l’échelle provinciale (au 22e rang sur 24 pour ce qui est des municipalités de 25 000 à 49 999 habitants). Le panier de services y coûte 42,9 % plus cher que dans les municipalités de même taille. Entre 2009 et 2012 (premier mandat de Jean Martel), la croissance annuelle moyenne des coûts de voirie par kilomètre et des coûts du réseau d’égout par kilomètre de conduite a baissé de 30,3 % et de 27,36 % respectivement. Cela m’indique que nous accusons de plus en plus de retard dans la réfection de nos infrastructures routières et souterraines – pourtant une priorité absolue quelle que soit la municipalité.

Quant au projet de complexe aquatique du maire, il y a déjà eu dépassement des coûts d’architecture de l’ordre de 25 %. Dans le passé, plusieurs des projets chers à notre maire ont coûté plus cher qu’annoncé : pensons au Cercle social Pierre-Boucher et au Centre d’arts (projet non encore terminé en raison de moult problèmes). Je suis donc peu confiant que l’enveloppe de 34 M$ pour le complexe aquatique soit respectée à terme.

Boucherville compte 42 000 âmes et environ 15 000 contribuables. À mon avis, un projet de 34 M$ – même en tenant compte de subventions de l’ordre de 10 M$ selon l’administration municipale – dépasse la capacité de payer de notre population si nous tenons compte de toutes les autres priorités qui sont actuellement négligées pour des raisons politiques. Oui, ça nous prend de nouvelles installations aquatiques, mais le projet du maire est trop ambitieux pour nos moyens. Le déficit d’entretien de nos infrastructures s’alourdit (tôt ou tard, ça va finir par nous « péter dans la face ») et Québec vient d’imposer des compressions de l’ordre de 300 M$ pour 2015. Il y aura nécessairement un manque à gagner…

Malgré les paroles réconfortantes de notre maire et de son responsable des finances (Dominic Lévesque), ça ne va pas si bien que cela à Boucherville si on se fie au palmarès de HEC Montréal. Je vais donc m’opposer au règlement d’emprunt pour le complexe aquatique et demander au conseil municipal de refaire ses devoirs.

La gestion des deniers publics est responsable et rigoureuse à Boucherville? Permettez-moi d’entretenir mes doutes…

Sébastien St-François

Que cache l’administration Martel sur la faisabilité du futur complexe aquatique?

M. Jean Martel s’est fait élire sous le signe de la transparence et de la participation citoyenne. Pourtant la réalité est très différente. Je peux affirmer que tout semble mis en oeuvre pour cacher et rendre extrêmement difficile l’accès à l’information par les citoyens.

Étant redevenue simple citoyenne et journaliste après un passage de quatre ans à titre de conseillère municipale, je m’intéresse toujours à l’actualité de ma ville. Une suite logique à cette période.

À la suite d’une demande d’information en bonne et due forme concernant la possibilité d’avoir copie ou de consulter l’étude de faisabilité du complexe aquatique mentionnée dans le ICI Boucherville de juin 2012, je n’ai toujours pas le renseignement demandé après plus de trois mois d’attente.

Malgré de nombreuses démarches, dont une demande à la Commission d’accès à l’information du Québec (CAI), et l’aide d’une avocate médiatrice, l’information est retenue.

Mme Marianna Ruspil, responsable de l’accès aux documents de la Ville, m’a répondu dans un premier temps que le rapport de l’étude n’était pas public, pour ensuite m’affirmer que la seule étude existante avait été effectuée sous la précédente administration (sic!). Dans un troisième temps, après avoir précisé la date d’adoption de l’étude et une conversation avec la médiatrice de la CAI, plus rien…

Pourtant, une résolution portant sur le mandat accordé à une firme d’architectes et un contrat adjugé au montant de 48 418 $ à Poirier Fontaine, architectes pour mener une « étude d’opportunités du complexe aquatique » a été adoptée le 15 mars 2011 à l’unanimité par le conseil municipal.

Depuis déjà trop longtemps les citoyens s’impatientent d’obtenir ce nouveau complexe aquatique. Est-ce vraiment faisable de l’intégrer au Centre sportif Pierre-Laporte, à la place de l’aréna? Sur la base d’informations obtenues d’une source très crédible (l’architecte de l’aréna, M. Normand Gagnon), j’ai de sérieux doutes à ce sujet. La rivière aux pins, enfouie à cet endroit, passe sous l’aréna à une très courte distance du système de réfrigération de la glace, ce qui cause un grave problème si on veut y creuser une piscine… Fait-on miroiter ce futur complexe aquatique à la population alors que sa construction n’est qu’hypothétique?

La piscine actuelle est utilisée au-delà de sa capacité, et ce, depuis très longtemps. Une piscine est d’une nécessité absolue dans toute ville et dessert tous les groupes d’âge de la population : jeunes, adultes et aînés. Visiblement, M. Martel tient avant tout à son complexe sportif de terrains de soccer intérieurs, qui serait surtout utilisé par des gens provenant de l’extérieur de la ville.

Sous des simulacres de consultations citoyennes, sondages bidons, déjeuners du maire et autres trucs du genre, Jean Martel tente de nous faire croire à la transparence de son administration… Je suis perplexe.

À la lumière des événements des trois dernières années, je constate que Boucherville est gérée derrière des portes closes où l’on sous pèse les appuis politiques et les amitiés influentes en vue d’une réélection en novembre 2013.

L’époque d’une administration de style soviétique où l’on clamait avec force la camaraderie et la gloire du régime tout en éliminant les dissidents et en censurant l’information est révolue. Pourtant, elle semble encore aujourd’hui avoir des partisans dans une version « nouvelle et améliorée »…

Monique Reeves