Archives du mot-clé bâillon

Sessionem horribilis!

parti-liberal-du-quebecSource : Le Devoir

Bernard Landry, qui aimait s’adresser parfois au peuple en latin à l’époque où il occupait le poste de premier ministre du Québec, utiliserait peut-être ces mots pour qualifier les derniers mois sur la scène politique québécoise, marqués notamment par le départ soudain de Pierre Karl Péladeau, l’homme que M. Landry voyait comme celui qui donnerait enfin aux Québécois leur pays… Lire la suite

Le temps est venu pour nos députés de prêcher par l’exemple

Salon bleu
Ça y est. La semaine dernière, la tradition libéro-péquiste a été utilisée une fois de plus pour adopter à toute vapeur le controversé projet de loi « mammouth » 28 du gouvernement sous le bâillon – une procédure antidémocratique invoquée à maintes reprises dans l’enceinte de l’Assemblée nationale depuis moult années, et ce, peu importe le parti formant le gouvernement (PLQ ou PQ). Obstruction de l’opposition oblige, d’affirmer Jean-Marc Fournier, nous devons être responsables. D’ajouter le ministre des Finances, Carlos Leitao, l’État perd plus de 30 M$ par mois… S’ensuit une salve de hausses de toutes sortes pour le contribuable moyen, comme d’habitude. Le problème fondamental de ce projet de loi est qu’il est probablement bourré d’erreurs et d’incongruités. De plus, il va à l’encontre du discours du PLQ en campagne électorale l’an dernier à bien des égards.

« On n’a pas voté pour ça! », s’exclamera plus d’un électeur ayant choisi de reconduire les libéraux au pouvoir – majoritairement de surcroît – en avril 2014. D’aucuns diront – avec raison – qu’on peut bien avoir les gouvernements qu’on mérite…

Bon, maintenant… Après la loi sur les régimes de retraite municipaux vivement contesté par le mouvement syndical, après cette loi « mammouth » adoptée de force sous le bâillon, le temps serait venu de s’attaquer aux conditions de travail de nos élus – jusqu’à maintenant épargnés de l’« austérité » du gouvernement Couillard. Après tout, ils sont là supposément pour nous représenter et il serait grand-temps qu’ils prêchent par l’exemple. On sait déjà que le régime de retraite des élus de l’Assemblée nationale est déficitaire de quelque 200 M$.

À l’heure actuelle, un « simple » député à Québec touche une rémunération de 88 000 $ et une indemnité non imposable de 16 000 $. Personnellement, je trouve cela aberrant que de telles indemnités non imposables existent encore en 2015 (les élus municipaux bénéficient également d’un tel traitement). À une époque où Revenu Québec est rendu à harceler d’honnêtes contribuables au nom de la « lutte contre l’évasion fiscale », à les mener parfois à la faillite et à être débouté par les tribunaux à plus d’une reprise dans le passé récent, tout le monde – et surtout celles et ceux qui veillent à la Loi sur les impôts – devraient être imposés sur la totalité de leurs revenus, d’autant plus qu’ils proviennent de la poche de contribuables ayant eux-mêmes dû verser leur dû à l’État le plus gourmand sur le continent nord-américain.

Qu’on se dise les vraies choses. Un salaire annuel « de base » de 104 000 $ est de loin supérieur aux revenus moyen et médian dans la Belle Province. Cependant, dans le cas des députés qui prennent leur job à cœur et qui s’y consacrent souvent sept jours par semaine, ce n’est pas chèrement payé. Quant aux députés d’arrière-ban dont on entend jamais parler (par exemple, Emmanuel Dubourg à l’époque où il siégeait à l’Assemblée nationale avant de se présenter à l’élection fédérale dans Bourassa tout en touchant son « indemnité de départ » de quelque 100 000 $ de Québec avant de doubler son salaire comme député fédéral), c’est plutôt bien comme traitement.

Comme le concept selon lequel les députés ne cotisent actuellement qu’à hauteur de 21 % à un de leurs régimes de retraite (l’autre dont ils bénéficient est financé à 100 % par les contribuables) est devenu socialement inacceptable dans la foulée du projet de loi 3, on propose maintenant que les membres de l’Assemblée nationale y contribuent à hauteur de 41 %. En contrepartie, la rémunération d’un simple député passerait à 136 000 $, tandis que le premier ministre et les ministres toucheraient un salaire « ajusté sur celui du plus haut fonctionnaire sous leur responsabilité ». Rappelons que les haut fonctionnaires de l’État québécois sont très bien rémunérés par rapport au commun des mortels parmi nous.

C’est bien beau tout cela, mais Philippe Couillard nous promet que la réforme de la structure de rémunération des élus se fera à coût nul. C’est donc dire que les libéraux ne s’imposeront aucunement la « rigueur budgétaire » qu’ils imposent tous azimuts depuis qu’ils forment un gouvernement majoritaire. Désolé, mais ça ne passe pas la rampe… Je suis favorable à la rigueur budgétaire (le Québec n’a pas plus les moyens de vivre au-dessus de ses moyens collectifs), mais la même pilule doit être administrée à tous. La réforme de la rémunération des élus provinciaux doit se faire à coût moindre pour les contribuables qui paient la note. Il faut prêcher par l’exemple pour être crédible…

André Pratte de La Presse propose une solution : réduire de 30 le nombre de députés à l’Assemblée nationale. « On compte un député ontarien pour 127 000 habitants, contre un député pour 65 000 habitants au Québec [pratiquement du double au simple] », avance-t-il. Une économie récurrente symbolique d’au moins 3,5 M$, selon Pratte, une goutte d’eau dans un budget de plusieurs dizaines de milliards de dollars – et il a raison –, mais une forte valeur symbolique pour un gouvernement en manque de crédibilité après seulement un an et quelque au pouvoir. Prêcher par l’exemple… Il est plus que temps que ceux qui veulent notre bien le fassent et cessent de nous lancer de la poudre aux yeux. Pour terminer, rappelons que, au cours des dernières années, les seuls députés démissionnaires en cours de mandat n’ayant pas renoncé à leur généreuse « prime de séparation » ont un point en commun : ils étaient tous d’allégeance libérale…

Sébastien St-François