Rien ne va plus… au conseil municipal de Boucherville*

*Un texte de Claude Saint-Jarre

C’est par cette formule choc que l’ancienne journaliste et candidate à la mairie de Boucherville, Monique Reeves, commence un paragraphe percutant dans lequel elle m’y associe, moi citoyen sans ambition politique qui ose faire de la participation citoyenne régulièrement aux séances du conseil municipal, parce que je crois à la « filière démocratique » trop délaissée par la société civile. L’expression est de l’écrivain-démocrate Roméo Bouchard.

Selon elle il y a eu double péché : moi : « qui parle abondamment d’alimentation et qui prend de nombreuses minutes pour s’exprimer sur des sujets qui n’ont aucun rapport avec l’administration de la ville sans jamais poser de questions. »

Il est vrai que je préfère faire des propositions que je livre en général en cinq minutes, car je me surveille pour ne pas prendre du temps aux autres… quand il y en a! C’est ainsi que j’ai fait une cinquantaine de propositions en trois ans ou un peu plus, depuis que je commence à re-croire en la démocratie… à construire. Il est vrai aussi que j’ai parlé à quelques reprises d’alimentation. La dernière fois, je proposais, l’autosuffisance alimentaire pour notre ville, en m’inspirant du texte de Roméo Bouchard : Un plan d’autosuffisance alimentaire dans chaque MRC et dans chaque ville : une question de vie ou de mort et en m’arcboutant sur le volet alimentation du programme Prendre soin de notre monde de l’Union des municipalités du Québec ou encore des politiques alimentaires des villes de Valleyfield ou de Gatineau par exemples. Oui, je fais des propositions mais elles pourraient aussi bien se terminer par : « est-ce que nous pouvons avoir » telle ou telle chose? , ce qui serait une question!

Le deuxième péché c’est que, « ne posant pas de question ».je ne « suis pas évincé et ce, parce que je suis partisan du Maire. Grosse lacune démocratique qui se répète mois après mois. »

Ici, c’est à la fois moi et le Maire qui péchons. Hélas, en croyant faire œuvre de démocratie ( souvent une vingtaine d’heures de travail bénévole pour peaufiner mes propositions) je contribue à sa lacune… C’est triste et choquant à la fois. J’ai donc fait aller le clavier dans sa page, on m’a suggéré de me calmer et c’est la raison pour laquelle, calme, froid, lucide- j’espère,-j’écris cet article.

CONTEXTE

  • Le Maire invite à la participation citoyenne, il a fait un secrétariat original pour cette participation. Je me suis senti accueilli comme citoyen et j’en ai profité.
  • Il y a un Agenda 21 qui donne de l’ouverture à la participation des gens en matière d’environnement – et vous savez que c’est large, en fait c’est la Terre-ville!
  • Il y a un parti unique au pouvoir, depuis deux mandats celui de monsieur Martel, à l’exception d’un de ses conseillers qui est devenu en cours de route indépendant et d’une conseillère qui a été exclue, je crois, suite à un désaccord, mentionné dans ce blog par ailleurs. Donc, il n’y a pas assez d’opposition. Cette carence déplait, madame Reeves la relève, et ce déséquilibre se corrigera peut-être lors des élections de novembre prochain.

Pourtant, l’invitation de la part du Maire à la population de participer me plaisait et je me suis laissé aller, à proposer des améliorations et des ajouts à l’Agenda 21, pour le rendre plus clair et plus précis, entre autre sur la réduction du pétrole, des GES, et pour demander plus de congruence supplémentaire pour le mettre en pratiques, par exemple, un jardin collectif par district électoral ( ou quartier) Je compensais ainsi mon absence de participation citoyenne lors de l’élaboration dudit Agenda.

Tout n’a pas été si rose. Parfois, le Maire a rejeté ma suggestion, par exemple celle de faire un comité santé, parce que la santé n’est pas de juridiction provinciale. Ce genre de situation m’était arrivé à Saint-Hubert, car je heurtais parfois la juridiction fédérale ou provinciale dans mes récriminations. J’ai manqué d’écoute pour la proposition pour l’élimination des perturbateurs endocriniens dans notre territoire, ce qui est pourtant un aspect du programme électoral d’un Maire Français… et j’habite le quartier des « villes et provinces de France »!! Je me suis rassis… mais j’ai noté!…

QUE DIT MADAME REEVES?

Elle critique deux choses dans ses 9 lignes : le QUOI et le COMMENT.

Le QUOI, ce sont les sujets qui ont vraiment un rapport avec l’administration d’une ville, à son avis, ceux dont un(e) citoyen(e) a le droit de parler sous forme de question et je le souhaite, de propositions.

La MANIÈRE, le COMMENT, c’est de a : de poser une question et d’aller se rassoir b : le Maire répond c) une autre personne s’exprime. Elle critique cette manière de faire.

QUE PROPOSE MADAME REEVES?

Eh bien, elle fait bel et bien des propositions sur ce QUOI et le COMMENT, dans sa page Face Book. Je vous suggère de les lire ou bien elles devraient être présentées dans ce Blog.

SUIS-JE SATISFAIT DE SES PROPOSITIONS?

Sur le QUOI, je pense qu’une liste de sujets permis de discuter dans une séance de conseil municipal devrait être élaborée collectivement. Ces sujets auraient un rapport avec une administration d’une ville. Cette liste, les gens devraient s’y tenir par la suite, au micro, lors d’une séance à moins d’un amendement amené par une pétition d’Initiative populaire. André Larocque décrit ce qu’est l’initiative populaire dans son livre : Robert Burns, ministre de la démocratie citoyenne.

Sur la MANIÈRE, je crois que la suggestion de madame Reeves vaut le coup d’être essayée. À mon avis, le conseil municipal devrait être agrandi à une communauté démocratique teintée d’agora et d’Iségoria  en plus, pour que nous devenions de plus en plus des adultes politiques capables de contrôler nos décisions collectives et de préférence au sein de Constitutions municipales, régionales et provinciale, expression de la souveraineté du peuple.

Bonne chance à tout le monde, opposants inclus!

Claude Saint-Jarre

8 réflexions au sujet de « Rien ne va plus… au conseil municipal de Boucherville* »

  1. Heureux de voir que vous supportez le projet d’autosuffisance alimentaire. C’est ce que nous faisons au Collectif21 Agriculture urbaine de Boucherville (je suis vice-président) depuis maintenant 6 ans. Nous progressons à petit pas, mais nous progressons… avec l’aide de la municipalité. Plus d’info ici :http://collectif21.com

    1. Madame Reeves me croit ridicule et impertinent de parler de cala au conseil municipal.; ça n’a pas rapport avec l’administration municipale, dit-elle. Laissons-lui la chance de s’exprimer cependant ainsi qu’à ceux qui critiquent sans être écoutés, disent-ils. Encore faudrait-t-il qu’ils soient clairs et disent le fond de leur pensée pour qu’on sache à quoi s’en tenir. Merci de votre support et pour le commentaire.

  2. Il devrait y avoir une réunion publique quotidienne en plus de la séance publique mensuelle pour favoriser la prise de parole

  3. Roméo Bouchard me dit:

    Des assemblées publiques où les citoyens sont invités par les élus à venir s’exprimer et débattre librement de grands enjeux ou de grands projets de la municipalité me paraît une chose essentielle. J’en parle souvent. Il est clair que l’assistance aux longues séances « gestionnaires » du conseil et participer à une brève période de questions après deux heures d’attente n’est évidemment pas une forme réaliste et adéquate pour la participation citoyenne..

    Des assemblées quotidiennes, par contre, ça me paraît nettement exagéré et irréaliste.

    *************************************************************

    L’Opposition citoyenne trouve-t-elle cela suffisant?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s