Une nouvelle administration tournée vers l’avenir et à l’écoute des citoyens

Note de l’administration du blogue : Ce texte est reproduit intégralement d’un communiqué reçu de la candidate indépendante à la mairie de Boucherville, Monique Reeves. Il est publié ici aux fins d’informer la population de ses engagements électoraux.

Boucherville, 29 septembre 2017 – En tant que citoyenne je désire avant tout que Boucherville s’épanouisse, mais depuis 8 ans, je suis désemparée par l’immobilisme de l’administration Martel. Plusieurs citoyens me font aussi cette observation et militent pour un changement. J’ai donc décidé de me dédier à cette cause en me présentant à la mairie.

Je m’engage en priorité à promouvoir le droit de parole des citoyens en offrant une information non partisane et non censurée. À remettre sur la bonne voie l’entretien et la modernisation des infrastructures et approuver, en respect des milieux humides, le développement du secteur du Terroir. Ce qui aura pour effet, aussi paradoxalement que cela le semble, de décongestionner la circulation automobile sur les autoroutes environnantes (20 et 30) et dans les rues de Boucherville. L’étalement urbain qui se poursuit à grande vitesse en est la cause directe. Une situation déplorable qui augmente la pollution et sacrifie les meilleures terres agricoles du Québec.* Cela permettrait aussi, grâce à la densification de la population, d’offrir un service de transport en commun plus complet et efficace.

Boucherville est située dans la première couronne de Montréal et doit augmenter intelligemment sa population, tous les urbanistes sont unanimes à ce sujet et la CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) le recommande aussi. Qui plus est, la ville posséderait avec ce nouveau développement, 195 hectares d’espaces verts : des sentiers pédestres, des pistes cyclables et des parcs bien aménagés qui seraient accessibles à la population, soit une superficie plus grande que celle du parc du Mont-Royal. Le plan d’urbanisme précédent a été prévu pour une population de 50 000 habitants et nous sommes actuellement 42 000. Une offre de logements, maisons et appartements neufs serait la bienvenue autant pour les nouvelles familles que pour les retraités qui désirent vendre leur maison unifamiliale et vivre ailleurs que dans des complexes spécialisés.

Je m’engage à ce que l’administration de la ville consulte vraiment les citoyens sur des projets importants et structurants, par des rencontres publiques régulières et de l’information disponible et facile d’accès.

Je m’engage à diminuer le recours aux tribunaux par la Ville et les frais onéreux qui s’y rattachent.

Je m’engage à geler les taxes (avec l’éclairage actuel de la situation financière).

Je m’engage à étudier sérieusement les ententes prises avec l’agglomération de Longueuil afin de les améliorer.

Je m’engage à instaurer deux périodes de questions au séance du conseil municipal : Une avant et l’autre après, afin de permettre aux citoyens de poser leurs questions sur les résolutions adoptées et autres sujets de leur choix. À les rendre plus conviviales et explicites. À permettre aux citoyens qui posent des questions de rester au lutrin et de pouvoir demander des sous questions, suite aux réponses du maire. À améliorer le site Internet en le rendant plus attractif et interactif.

Je m’engage à abolir les déjeuners du maire et les comités de citoyens qui surchargent les fonctionnaires de travail. Les conseillers municipaux sont les mieux placés pour connaître les demandes et les doléances des citoyens. Ils ont été élus démocratiquement pour les représenter.

Je m’engage à faire un mandat de quatre ans et à laisser la place.

Je m’engage à être accessible et disponible pour tous les citoyens et à travailler avec dynamisme et ouverture d’esprit avec les conseillers élus, les fonctionnaires et employés municipaux.

Un bilan déplorable

Le bilan de l’administration des 2 mandats de l’administration Martel augure mal pour l’avenir : L’achat de terrains à prix dépassant largement leur valeur foncière (La Saulaie, la terre agricole à l’est Boucherville dont une partie est située à Varennes, le terrain sur la rue Lionel-Daunais, à côté du marché public), la rénovation de l’hôtel Boucherville à un prix prohibitif, un édifice bon pour la démolition et sa transformation en Café centre d’art, à un prix, encore une fois excessif dépassant le budget prévu, la construction décevante du Centre sportif Duval Auto (4 glaces), géré par une OSBL déficitaire au crochet de l’aide financière de la ville, la démolition de l’aréna municipal qui avait une valeur architecturale et patrimoniale avec son toit de cuivre s’agençant à celui de l’hôtel de ville et qui aurait dû être rénovée vers une vocation de loisirs, la création d’un centre aquatique à plus de 30 M$, sans consultation des citoyens. Et j’en passe.

Tout récemment, toujours sans consultation, la construction d’une piste cyclable bordant la route 132, qui a déclenchée la colère des citoyens horrifiés d’avoir perdue la vue magnifique du fleuve Saint-Laurent. Sans passer sous silence, la construction d’une autre piste cyclable quasi inutilisée sur le boulevard Montarville vers Saint-Bruno, etc. Voici quelques exemples de réalisations qui se sont avérées décevantes et trop coûteuses.

L’administration Martel se flatte de présenter depuis 2012 des budgets sans augmentation de taxes, alors que des surplus sont dégagés chaque année, notamment pour payer au comptant des dépenses qui ne sont pas soumises à des registres. Ce sont plutôt des diminutions de taxes qui devraient prévaloir. Qui plus est, l’administration Martel s’enorgueillit de diminuer la dette depuis cinq années consécutives, cela après l’avoir augmentée en 2011 de 14 % pour l’année suivant son arrivée au pouvoir.

D’autre part, malgré une fréquentation déficiente observée dans les complexes sportifs publics des villes environnantes (Varennes, Longueuil) l’administration Martel s’apprête à construire un Centre sportif de soccer intérieur, dont le coût sera très élevé. Ce centre générera des dépenses récurrentes qui devront être financées par les taxes des citoyens. Nous avons déjà trois terrains de soccer synthétiques et la pratique de ce sport est en diminution.

Donnons une chance à Boucherville de retrouver son dynamisme et son impulsion!

* On se rappelle que l’administration Martel fait face présentement à une poursuite de 100 M$ provenant d’entrepreneurs qui veulent développer leurs terrains après une consultation du public et qui ont déposé un mémoire intitulé « l’éco-quartier le terroir : Tourné vers l’avenir de Boucherville » en août 2016 dans le cadre de la refonte du plan d’urbanisme de Boucherville, en conformité avec le Ministère du développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec. Les promoteurs ont donné 30 % de leur terrain à la ville pour fin de conservation.

Une campagne électorale propre, sans pancarte par respect de l’environnement et sans aucun financement pour ne pas avoir les mains liées.

-30-

Pour informations : moniquereeves@sympatico.ca
Electionsmunicipales.quebec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s