Une ville à contrecourant…

Assermentation novembre 2013Source : boucherville.ca

Décidément, les élus de Boucherville rament à contrecourant. Après avoir remis sur la table un projet de piste cyclable ayant été contesté par signature de registre en mars 2012 – faisant ainsi fi d’une contestation démocratique de plus de mille de leurs concitoyens –, voilà maintenant que les élus formant le conseil municipal de Boucherville se votent des allocations de transition.

Selon ce que nous apprend La Seigneurie, le maire ou un conseiller qui quitte ses fonctions aura droit à l’équivalent d’un an de salaire, soit plus de 79 000 $ pour le maire et entre 23 000 et 36 000 $ pour les conseillers. Cette allocation sera-t-elle versée en cas de départ forcé, dans la disgrâce, comme ce fut le cas récemment de Gérald Tremblay (à Montréal), de Richard Marcotte (à Mascouche) ou de Gilles Vaillancourt et d’Alexandre Duplessis (à Laval)? L’article ne nous le dit pas.

Cependant, un fait demeure. Ces allocations de transition ont de moins en moins la cote auprès des électeurs, et la pression publique se fait de plus en plus grande en faveur de l’abolition pure et simple de ces primes de départ, surtout lorsqu’elles ne sont pas méritées. Mais, à Boucherville, il n’y a pas d’opposition à l’hôtel de ville et très peu de pression publique, alors les élus font bien ce qu’ils veulent.

« En tant qu’élus, si on perd notre emploi, on n’a pas le droit à l’assurance-emploi », explique le maire Jean Martel. Bien, moi non plus, en tant que travailleur autonome, si mes clients me remercient du jour au lendemain, je n’aurai pas droit à l’assurance-emploi. Mais le maire insiste : il veut que les élus de Boucherville aient ce qui est prévu à la loi. La Loi sur le traitement des élus municipaux, une autre loi provinciale criblée de failles, au même titre que la Loi sur les cités et villes, et témoin d’une époque révolue.

On apprend également dans l’article de La Seigneurie que Jean Martel avait essayé de pratiquer le droit en parallèle durant son premier mandat, mais sans succès, faute de temps. C’est étrange, car je ne compte plus les fois qu’il s’est retiré en séance publique lorsqu’il était question de tours de télécommunications, se disant en conflit d’intérêts parce qu’il représentait un client dans ce domaine (ce faisant, choisissant de défendre son client plutôt que les citoyens de Boucherville). D’ailleurs, son profil professionnel figure toujours sur le site Web du cabinet d’avocats Séguin Racine, où on peut y lire qu’il agit à titre d’avocat-conseil du cabinet depuis son élection à la mairie en 2009.

En 2014, après tous les départs scandaleux ayant secoué le milieu municipal au Québec, ces allocations de transition ne se justifient tout simplement plus et c’est honteux que des élus peuvent encore s’en voter (autrement dit, que la loi provinciale leur permettant de le faire n’ait pas encore été modifiée). Un travailleur contractuel ne touche pas une prime à la fin de son contrat. Un salarié qui est mis à la porte en raison d’une malversation ne reçoit habituellement rien et se compte chanceux s’il n’est pas poursuivi par son employeur. Si le salarié quitte de son propre gré, il n’a pas droit lui non plus à l’assurance-emploi. Mais, en politique, tout passe. On vote des règlements et des lois et on pige dans la cagnotte des deniers publics. Et on ne se gêne surtout pas, y compris lorsqu’on quitte pour des raisons purement opportunistes comme Emmanuel Dubourg ou dans la disgrâce la plus totale comme Gilles Vaillancourt, accusé notamment de gangstérisme.

Il ne reste qu’à espérer que les allocations de transition que s’est voté le conseil municipal de Boucherville soient rigoureusement balisées et ne soient pas versées sous tous les prétextes. Mais il est permis d’en douter si nos élus se contentent d’appliquer ce que dit la loi…

Sébastien St-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s