On se croirait en 2009…

OCCEn effet, à la lecture de la plateforme électorale 2013-2017 que nous propose l’Équipe Jean Martel – Option Citoyens Citoyennes, on a l’impression d’un copier-coller de la formule de 2009, ayant convaincu un peu moins de 25 % de l’électorat (rappelons, cependant, que le taux de participation aux élections générales de 2009 avait été très faible [environ 49 %]). Cette année, on nous propose le slogan « Pour continuer, avec vous ». Il faudrait d’abord qu’on nous définisse le sens qu’on donne à vous, car Jean Martel applique une définition très limitative de la participation citoyenne. Depuis quatre ans, il met en œuvre son programme et n’est pas à l’écoute de celles et ceux qui ne partagent pas ses priorités et ses objectifs.

Donc, si on se fie au choix du slogan « Pour continuer, avec vous », rien ne changera si Jean Martel et son équipe sont réélus pour former le prochain conseil. Tout indique qu’ils continueront à faire fi de la partie de l’électorat n’ayant pas voté pour eux. Pourrait-on viser un meilleur équilibre pour cesser de diviser la population en deux clans? Après tout, nous sommes tous Bouchervillois et chaque voix a une importance égale en démocratie.

Le document qu’on nous présente en 2013 ressemble en tous points à celui qu’on nous a présenté en 2009 : même mise en pages, même format de 16 pages, même qualité de français plutôt médiocre, mêmes phrases plutôt vides de sens à la lumière du bilan des quatre dernières années. Quelques exemples :

  • « […] un gouvernement de première ligne répondant à leurs besoins locaux, stimulant le dynamisme culturel, la vitalité économique et la protection de notre patrimoine. » (p. 1)
  • « chacun des membres de notre équipe s’engage à demeurer pleinement à votre écoute et à votre service » (p. 2)
  • « […] participer à l’effort collectif qui mène à une ville viable et enviable, à une ville qui a une âme. » (p. 3)
  • « Nous demeurons convaincus qu’en partageant le pouvoir, nous tendons vers l’élimination des confrontations lors de la prise de décisions, l’objectif étant de développer un sentiment d’appartenance plus fort. » (p. 4)
  • « […] du partage de l’information, de la négociation et de la concertation, permet d’arriver à un consensus plus solide et plus durable, répondant ainsi mieux aux besoins et aux préoccupations de la population. » (p. 4)

Tout cela peut paraître noble, mais ces belles valeurs de participation ne sont pas accessibles à tous les Bouchervillois. Pour être admis dans le « cercle », il faut adhérer à l’idéologie d’Option Citoyens Citoyennes, il faut partager ses priorités, il faut accepter qu’une équipe élue par moins de la moitié des électeurs « actifs » en 2009 ait le droit de dicter les priorités pour tous, sans égard à l’opposition légitime de citoyens de valeur égale qui paient pourtant le même taux de taxation que les partisans qui, eux, ont droit à l’écoute des élus.

Par ailleurs, le programme électoral de Jean Martel nous présente beaucoup d’engagements qui vont de soi, peu importe qui siège au conseil municipal. Quelques exemples :

  • « Être au service de la population » (p. 3)
  • « Avoir une attitude d’ouverture » (p. 3)
  • « Accueillir la 49ième (sic!) édition des Jeux du Québec à l’été 2014 » (p. 11) – C’est coulé dans le béton, peu importe qui formera le prochain conseil
  • « Promouvoir l’achat local et la fréquentation des commerces de Boucherville » (p. 15) – Je verrais difficilement un conseil municipal dire aux gens d’aller magasiner ailleurs, mais il n’y a jamais eu autant de locaux commerciaux vides à louer sur notre territoire…

Je me dois de commenter un engagement qu’on peut lire à page 5 du programme :

  • « Mise en place d’un processus de collecte de commentaires volontaire lors de la signature de registres » : En 2010, il y a eu signature de registre pour contester un emprunt de plusieurs millions pour le projet de piste cyclable entre Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville. C’était la première fois en plusieurs décennies que les Bouchervillois sortaient en nombre suffisant pour signer un registre contestant un règlement d’emprunt. Résultat : Le maire Martel a accusé certains de ses concitoyens à l’origine de cette initiative d’avoir fait de la désinformation et reproché aux autres ayant signé le registre de ne pas avoir compris son projet. Depuis, il finance tous ses projets controversés en puisant dans les surplus, pour ainsi museler toute opposition possible.

Un autre engagement avec lequel je ne suis pas en accord est celui de créer un fonds vert financé par les surplus de la Ville. Premièrement, nos besoins en matière de réfection des infrastructures sont criants. Pouvons-nous nous permettre de continuer à accumuler du retard à ce chapitre? Dans l’immédiat, nos plantureux surplus seraient mieux investis dans notre souterrain. Deuxièmement, Jean Martel a démontré à plus d’une reprise qu’il est prêt à payer plus que la valeur marchande pour acheter des espaces verts. Nos surplus doivent être dépensés de façon plus responsable qu’ils l’ont été au cours des quatre dernières années.

Si Jean Martel est réélu maire le 3 novembre prochain, j’espère que la population choisisse d’élire de l’opposition au conseil municipal. Quatre autres années du statu quo, non merci en ce qui me concerne. Jean Martel a déjà démontré qu’il n’est pas capable de délaisser la partisanerie dans l’exercice de ses fonctions et d’administrer la Ville de Boucherville dans l’intérêt supérieur de tous. De l’opposition à la table serait sûrement bénéfique – et plus représentatif de notre population.

En effet, nous formons une population divisée quant à ce que nous considérons prioritaire pour la municipalité, et la composition du conseil municipal devrait le refléter afin que tout un chacun ait le droit à la participation citoyenne au sens beaucoup plus large que celui qui est galvaudé depuis quatre ans. En démocratie, la participation citoyenne ne doit pas être la chasse gardée d’une partie de la population au détriment de l’autre.

Pour conclure, je ne considère pas que Jean Martel est un maire rassembleur. Un maire rassembleur est à l’écoute de tout le monde qu’il représente, et un projet rassembleur est un projet qui reçoit l’aval d’une majorité de la population parce qu’il répond à un besoin de la majorité. Je n’ai jamais senti la population de Boucherville aussi divisée qu’elle l’est depuis quelques années et j’habite cette ville depuis 1977.

Sébastien St-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s