Un maire qui craint la démocratie

L’hebdo La Seigneurie a consacré les pages 4 et 5 de son dernier numéro au projet de centre d’art poussé par l’administration Martel.

Dans ma chronique radiophonique de vendredi dernier, j’émettais une hypothèse : Jean Martel payait le projet comptant pour éviter une signature de registre. L’article signé par Martine Veillette nous donne l’heure juste. Je cite :

« Le maire Jean Martel a affirmé au journal qu’il craignait que de la “désinformation” nuisent (sic!) au projet et que des citoyens se mobilisent et signent le registre. Il cite en exemple la piste cyclable sur le boulevard Montarville, entre la rue Eiffel et l’autoroute 30, où une signature de registre avait mis fin au projet. “Au stade où est rendu le projet, je ne voulais pas prendre le risque de le retarder par une signature de registre. L’expropriation est terminée, des travaux d’urgence pour stabiliser le bâtiment ont été réalisés et le montage financier est prêt.” »

Quelques commentaires me viennent à l’esprit :

  1. Il n’y a pas eu désinformation dans le dossier de la piste cyclable. Les chiffres avancés par les citoyens étaient ceux qui figuraient dans le PTI de la Ville : un projet en deux phases qui aurait coûté plus de 10 M$. Un nombre plus que suffisant de citoyens ont choisi de manifester légitimement leur opposition à cette dépense en se prévalant de l’outil démocratique mis à leur disposition : un registre. Accuser ses concitoyens d’avoir fait de la désinformation dans pareilles circonstances – et ce, à répétition – témoigne d’un profond mépris envers ces derniers.
  2. C’est Jean Martel qui a mis fin au projet de piste cyclable. En réaction à la signature du registre par les citoyens voulant s’opposer au règlement d’emprunt, plusieurs options s’offraient à lui. Il a choisi d’abandonner le projet.
  3. Les contribuables ne connaissent pratiquement rien du projet du centre d’art envisagé par le maire et sont pourtant forcés de le payer. Nous ne savons pas à combien de personnes servira réellement ce centre d’art, nous ne savons pas combien ce projet aura coûté au final, nous ne savons pas comment l’évident problème de stationnement sera résolu. Le maire retire aux citoyens leur droit démocratique d’opposition par crainte qu’ils lui mettent les bâtons dans les roues. Au diable le droit des Bouchervillois de s’exprimer sur comment on dépense leur argent!
  4. Il y a lieu d’exiger du gouvernement du Québec une modification de la Loi sur les cités et villes afin de ne plus permettre à des maires ou mairesses de payer de telles dépenses comptant sans que les citoyens aient droit de parole. Il n’est pas acceptable que les citoyens-contribuables ne puissent faire valoir leur opinion qu’en cas de règlement d’emprunt, car il devient alors trop facile pour des administrations municipales de surtaxer leurs contribuables pour dégager des surplus, puis de contourner en toute légalité des principes démocratiques fondamentaux comme c’est le cas ici.

La lecture de l’article de Martine Veillette nous apprend que Jean Martel ne se soucie guère des droits et des opinions des contribuables qui paient la note de ses projets et soulève la question à savoir s’il est à sa place dans un poste d’élu qui commande un respect absolu des règles démocratiques et des droits des citoyens. Remarquez qu’il est loin d’être le seul à agir de la sorte sur le territoire du Québec, car la loi actuelle le permet. C’est légal, mais est-ce moralement acceptable? Surtout quand on sait que les promesses électorales de l’actuel maire n’ont pas reçu l’aval d’une majorité d’électeurs en 2009…

Sébastien St-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s