Un « gambler » qui joue avec l’argent des autres

Jean Martel OCC

L’hebdomadaire La Relève nous apprenait la semaine dernière que la Ville de Boucherville a été à nouveau mise en demeure par deux promoteurs immobiliers, dont Argo construction (Marc Bibeau), directement visé par les plus récentes modifications apportées au règlement 1414 de la Ville (urbanisme). C’est le maire Jean Martel lui-même qui en a fait l’annonce lors de son dernier déjeuner mensuel.

Il y a quelque chose de clownesque dans ce jeu malsain entre le maire et les promoteurs immobiliers dont les projets sont bloqués depuis maintenant plus de trois ans. Je n’ai jamais aimé les avocats en politique. En règle générale, par définition, un avocat gagne sa vie sur le dos des conflits des autres. Si les parties à un dossier s’entendent, l’intervention d’un avocat n’est pas requise. Or le maire d’une ville ne devrait pas chercher le conflit, mais plutôt viser à créer le consensus. Ce n’est pas ce qui se passe dans le dossier des promoteurs immobiliers. Et ça risque de coûter très cher si tout cela aboutit devant les tribunaux, comme on le laisse entendre.

Contrairement à un jeu de société, ce n’est pas avec de l’argent Monopoly que se jouera cette lutte à en finir entre un maire borné et un promoteur immobilier ayant en main une entente conclue en bonne et due forme avec l’administration municipale précédente. C’est l’argent des contribuables – nos taxes – qui serviront à financer cette bataille juridique. « Les règles du jeu ont changé lorsque l’administration actuelle est arrivée en poste à l’automne 2009 », lit-on dans l’article de Daniel Hart publié la semaine dernière. Bien que je ne sois pas juriste de formation, j’en sais assez sur le droit pour comprendre que cet argument ne tient pas la route à la lumière des faits dont il est question ici. Et, en cas de poursuite, les seuls qui s’enrichiront seront les avocats des parties au conflit…

Comme je l’écrivais il y a un peu plus d’un an, nos maires sont tout puissants lorsqu’il est question de notre argent. En l’absence d’opposition, ils peuvent dépenser les deniers publics comme bon leur semble. Mais cet entêtement contre le développement dépasse le ridicule. Comme ville de banlieue située dans la couronne immédiate, nous avons une responsabilité environnementale de faire notre part pour freiner l’étalement urbain. De plus, qu’on le veuille ou non, nous aurons besoin de revenus de taxation supplémentaires pour nous attaquer sérieusement à notre déficit d’entretien des infrastructures. Tôt ou tard, des sommes colossales devront être investies à ce chapitre : en l’absence de nouveaux développements, la facture sera refilée en totalité à ceux qui paient déjà des taxes chaque année.

Boucherville figure parmi les rares municipalités sur la Rive-Sud qui disposent encore de terrains développables. Nous pouvons développer ces terrains intelligemment, afin d’en tirer le maximum possible tout en veillant à créer un ensemble harmonieux, ou nous pouvons continuer de nous mettre la tête dans le sable. Sur les plans de la fiscalité municipale et du freinage de l’étalement urbain, rien ne justifie le choix de limiter le développement de ces terrains à une densité maximale de 55 logements par hectare (le Plan métropolitain d’aménagement et de développement [PMAD] ne fixe aucune densification maximale). Mais le maire s’entête et continue de creuser son trou, à nos frais…

Au cours des prochains mois, Jean Martel intensifiera ses manœuvres électoralistes pour créer l’impression auprès de la population qu’il a livré la marchandise pendant son mandat et qu’il mérite un deuxième mandat. Or il n’a pas livré la marchandise, il a livré sa marchandise, celle des groupes d’intérêt qui ont concocté son programme électoral en 2009. Pour ce qui est de plusieurs enjeux majeurs, il n’a rien fait. Par exemple, pour ce qui est du déficit d’entretien des infrastructures routières et souterraines qui se creuse d’année en année, il n’a même pas atteint le minimum fixé par le service du génie (environ 5 km/année) juste pour « rester à flot ». Il n’a rien fait pour minimiser le fardeau fiscal des contribuables bouchervillois. (Les surplus monstres que dégage la Ville depuis qu’il est là sont la démonstration concrète que la Ville perçoit beaucoup plus que ce dont elle a besoin pour fonctionner chaque année. Et plusieurs millions de ces surplus ont été dilapidés pour respecter des promesses électorales n’ayant pas été jugées prioritaires par une majorité d’électeurs en 2009.) Il n’a adopté aucune mesure pour rendre l’accession à la propriété sur notre territoire plus facile pour les jeunes familles (au contraire, Boucherville devient hors de portée financière pour de plus en plus de personnes).

Mais pour Jean Martel, tout va très bien à Boucherville et c’est le message qu’il martèlera à qui veut bien l’entendre aux cours des mois menant au jour J. J’habite Boucherville depuis longtemps, et je considère que les dernières années ont été une fumisterie dans notre histoire. Les électeurs avaient soif de changement en 2009, et un nombre suffisant ont mis à la tête de la municipalité un candidat qui sortait de nulle part et qui leur promettait mer et monde.

Il est à espérer qu’en 2013, les électeurs auront un choix entre l’équipe sortante et une nouvelle équipe ayant une vision plus terre-à-terre de ce qu’est administrer une ville et capable de s’attaquer aux problèmes existants au lieu d’en créer des nouveaux. Bien entendu, il est encore trop tôt pour savoir si nous aurons droit à un tel choix cette année. Mais je n’ose pas m’imaginer dans quel état se trouvera Boucherville en 2017 si Jean Martel est réélu le 3 novembre prochain.

Sébastien St-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s