PPP…

« Place – Prix – Promoteur », voilà les facteurs qui ont soulevé l’ire de plus d’une centaine de Bouchervillois le 13 juin dernier, lors d’une séance d’information publique organisée par la Ville de Boucherville pour nous présenter un projet de centre multisports piloté par Palais des sports de la Montérégie inc., entreprise privée dirigée par un dénommé Carol Brunet.

Place : Pour faire ériger ce centre multisports sur notre territoire, l’administration Martel était prête à céder par bail emphytéotique un terrain situé en plein parc Vincent d’Indy. En juin dernier, deux scénarios étaient sur la table : un centre de 135 000 pi² (cinq fois le centre multifonctionnel) ou un centre de 85 000 pi² (plus de trois fois le centre multifonctionnel). À la séance publique du conseil municipal de lundi dernier, M. Martel invoquait une empreinte au sol de 109 000 pi². Bref, une énorme empreinte au sol qui aurait eu pour effet d’éliminer le dernier espace vert dans un quartier où la construction est appelée à se densifier au cours des prochaines années. Loin d’être un emplacement « rassembleur » pour un tel projet…

Prix : Nous ne savons pas combien la Ville a déjà dépensé en diverses études, etc. sur le projet de Carol Brunet, mais on sait que la Ville s’était engagée à céder un terrain évalué à des millions de dollars (dont dépendait la rentabilité du projet, aux dires mêmes du promoteur), à payer 2 M$ pour le prolongement de la rue Jean-Deslauriers et à signer un contrat de location de plateaux sportifs à long terme (quelque 750 000 $ par année pendant au moins 20 ans, selon Jean Martel). Mais que serait-il arrivé en cas de défaillance ou d’insolvabilité du promoteur? Pour avoir une idée, parlez-en aux gens de Boisbriand ou de l’arrondissement Saint-Michel

Promoteur : Nous ne connaissions rien de Carol Brunet, qui a avoué en juin dernier n’avoir jamais construit ou géré un centre tel celui qu’il proposait aux Bouchervillois. Cette semaine, La Relève nous apprenait que la Ville a décidé de ne pas reconduire l’entente avec Palais des sports après avoir appris que M. Brunet devait 66 000 $ à des architectes. Et ce n’était peut-être que la pointe de l’iceberg… Heureusement, nous ne le saurons jamais et ne serons pas inutilement exposés à de tels risques.

Maintenant, Jean Martel compte faire mener un sondage pour « prendre le pouls » de la population. Il faut donc en conclure que le projet de centre multisports de Palais des sports de la Montérégie est mort et enterré, mais que le projet d’un centre multisports ne l’est pas pour autant. Comme il est facile de faire dire ce qu’on veut aux résultats d’un sondage, les Bouchervillois préoccupés par ce dossier ont tout intérêt à demeurer vigilants.

D’abord, nous n’avons pas besoin d’un possible éléphant blanc sur notre territoire. Ensuite, de récentes expériences vécues ailleurs nous mettent clairement en garde contre ces promoteurs privés qui visent grand et qui dépendent d’une affluence régionale pour espérer rentabiliser leur PPP. Enfin, il existe un écart entre le besoin exprimé par certains et le besoin réel d’un tel centre à Boucherville.

Sébastien St-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s