Un citoyen réclame une enquête publique sur l’achat de La Saulaie par la Ville

Une période de questions haute en couleur à l’assemblée du 15 novembre du conseil municipal de Boucherville… Un citoyen de la ville, M. Gagnon, a déclaré au conseil qu’il demanderait une enquête publique sur l’achat récent par la Ville du terrain de La Saulaie au prix de 2,35 M$.

M. Gagnon, qui a longuement pris la parole, a déclaré que le terrain a été payé trop cher. Il dit très bien connaître le marché, ayant déjà été lui-même propriétaire dudit terrain, avant qu’il n’accueille le restaurant La Saulaie. Il s’est dit outré que la Ville a dépensé l’argent des citoyens pour un tel achat et a ajouté que ce terrain était à vendre depuis des années et ne trouvait pas preneur, qu’il ne pouvait être subdivisé et que personne n’aurait payé un tel prix pour y faire ériger une maison. « Nous ne sommes pas à Westmount ici! », s’est-il exclamé.

Très en verve, il a de plus expliqué que le restaurant avait fait faillite et était grevé d’une hypothèque lorsque le terrain a été acheté par M. Racicot, qui a fait raser le restaurant et a revendu le terrain à la Ville. M. Gagnon a évoqué l’expression « ventes fictives »…

Ce citoyen possède une maison en bordure du fleuve depuis longtemps. Selon lui, la valeur des terrains dans ce secteur est de 15 $ le pied carré plutôt que les 27,78 $ le pied carré payés par la Ville. Il a en outre fait remarquer que l’évaluation municipale du terrain de La Saulaie se chiffrait à 994 900 $.

Le maire, visiblement embarrassé, a mentionné que le terrain avait pris de la valeur au fil des ans et que la Ville avait négocié directement avec le propriétaire, M. Racicot, en vue de l’acquérir. Il a aussi mentionné qu’il était normal de réaliser un profit sur la vente d’un terrain après plusieurs années.

Par ailleurs, M. Gagnon en avait gros sur le cœur contre la Ville de Boucherville pour les problèmes juridiques qu’a subis son épouse dans un dossier de coupe d’arbre qui a coûté, selon lui, 10 000$ à la Ville en frais d’avocat. Il a demandé que la Ville ne fasse plus affaire avec l’ingénieur forestier qui a fait ce constat, invoquant le fait que l’arbre en question était très malade (photo à l’appui).

Rappelons que M. Gagnon est l’architecte de l’hôtel de ville de Boucherville, de l’aréna municipal, de la piscine et de la polyvalente De Mortagne dans les années 1960.

Monique Reeves

2 commentaires sur « Un citoyen réclame une enquête publique sur l’achat de La Saulaie par la Ville »

  1. Très bonne nouvelle, bravo à Monsieur Gagnon pour cette magnifique initiative. J’approuve ce geste à 100 %. Ma confiance vous est totalement accordé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s