Où s’en va le journalisme à Boucherville?

Source : La Seigneurie

Quand on sait que la minorité de citoyens qui se donne la peine de consulter les hebdos locaux pour s’informer sur ce qui se passe dans la ville, il y a lieu de se préoccuper de la lecture de tels titres, surtout lorsque bien des lecteurs se limitent à la lecture des grands titres pour se faire une idée sur ce qui se passe autour d’eux.

« Les citoyens de Boucherville prêts à accepter une légère hausse de taxes »

Malheureusement, ce titre – d’un article non signé par un journaliste en page 7 de La Seigneurie du 9 novembre dernier – ne reflète pas le contenu de l’article. En se fiant uniquement au titre, on pourrait croire qu’une majorité de citoyens soient favorables à une telle mesure. Or en lisant le texte sous le titre, on apprend qu’il s’agit de 46 % d’environ 550 personnes ayant répondu au sondage budgétaire de la Ville – donc, quelque 253 personnes sur une population de plus de 40 000 habitants. On est donc loin d’une majorité…

Ça donne l’impression que le journal a simplement reproduit un communiqué reçu de la Ville. Bref, ça ne témoigne pas d’une grande rigueur sur le plan journalistique.

Quel est le rôle d’un journal local? Contribuer à répandre la propagande d’une équipe d’élus qui gèrent sans opposition et tentent d’endormir la population avec de belles parole sur la participation citoyenne, les projets structurants et ainsi de suite ou fouiller les dossiers, présenter l’information sous un angle autre que celui utilisé par le personnel de la Ville payé pour dire et écrire ce que leur dictent les élus?

La couverture journalistique à Boucherville me déçoit et me préoccupe de plus en plus. Il y a lieu de se demander où s’en va le journalisme à Boucherville.

Sébastien St-François

6 commentaires sur « Où s’en va le journalisme à Boucherville? »

  1. C’est carrément de la désinformation. Est-ce que l’on essaie de projeter les désirs de hausse de taxe de l’administration actuelle en publiant ça?

    Ce communiqué de la Ville a été envoyé à plusieurs médias de la Rive-Sud et ils l’ont mis en ligne ou sur papier tel qu’il était rédigé

    J’ai avisé Média Sud qui avait publié le communiqué tel que reçu sur son site et ils ont modifié le titre.

    Monique Reeves

    1. Je trouve ça très inquiétant comme pratique journalistique, surtout que l’article n’est pas signé par un journaliste. Un communiqué de presse qu’on a bêtement reproduit? Ça devrait être précisé que c’est un communiqué, le cas échéant, non?

      SSF

      1. Dans les hebdos régionnaux, c’est une pratique courante… malheureusement la rigueur et le professionalisme ne sont pas toujours au rendez-vous, C’est dommage.

        Monique Reeves

  2. La première question que je me pose est pourquoi accepterait-on une hausse de taxes lorsque la ville a des surplus?Il est bien sur question de la façon dont le sujet est présenté dans l’article plutôt que d’analyser la réponse des citoyens mais il ne faut pas oublier non plus que 19% des répondants veulent une stabilisation du taux de taxation et je me demande également si les répondants savaient que la ville anticipe des surplus budgétaire avant de dire accepter une légère hausse des taxes?

    1. La période de sondage a pris fin le 16 octobre. Le surplus de 2011 a été annoncé le 18 octobre. Ça répond à la question. Ce sondage, c’est n’importe quoi, et si l’administration se fie réellement aux résultats de ce sondage pour gérer la Ville, nous sommes dans le trouble sérieusement… Mais encore, tant que les Bouchervillois ne se réveilleront pas, nous continuerons d’être gérés à la hauteur de ce que nous méritons collectivement, c’est à dire mal gérés. Le gaspillage de fonds publics à Boucherville depuis deux ans est honteux.

      SSF

    2. D’ailleurs, M. Barsalou, félicitations, car vous êtes le premier — à part ceux et celles ayant déjà publié des billets ici — à avoir eu le courage de vous afficher depuis que nous n’acceptons plus les commentaires anonymes. C’est tout à votre honneur. Je connais de nombreux Bouchervillois depuis le temps que j’habite cette ville. Je n’en croise pas un qui me dit que M. Martel fait un bon job, et ce ne sont pas tous des « vendus » de l’ancienne administration. Jean Martel vit dans une bulle, entouré de ses « groupies », et pense que tout le monde l’aime. Il aura peut-être une désagréable surprise en novembre 2013.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s