Schéma de couverture de risques : un autre report serait indécent


Photo : La Seigneurie

À la lumière des récents incendies spectaculaires qui ont frappé des propriétés bouchervilloises et se sont soldés par des pertes totales de plusieurs millions de dollars ainsi que de l’article de Denis Bélanger intitulé « Les pompiers se font souvent attendre sur les lieux d’un incendie », paru dans le Courrier du Sud cette semaine, je trouve indécent le report à répétition des mesures nécessaires pour assurer le service 10-10 sur notre territoire, conformément à ce que prescrit la loi.

Cela fait près de dix ans (soit depuis l’entrée en vigueur de la refonte de la Loi sur la sécurité incendie) que nous, contribuables, payons pour un service 10-10 dont nous ne bénéficions toujours pas. Examinez les budgets annuels successifs des dernières années et vous constaterez combien le service de sécurité-incendie nous coûte cher par rapport à ce qu’il nous en coûtait.

Dans le secteur privé, lorsqu’on n’obtient pas le service pour lequel on paie, différentes options s’offrent au consommateur. À l’opposé, lorsqu’il est question de services publics, les contribuables qui les financent par le biais de leurs taxes ont les mains liées. Dans le cas du Schéma de couverture de risques, nos élus municipaux n’ont qu’à s’adresser à Québec pour demander la permission de se soustraire de leurs responsabilités et obligations prévues au plan. C’est déjà arrivé et ça risque d’arriver de nouveau.

Pendant ce temps, nous continuons de payer pour un service qui n’est toujours pas assuré sur notre territoire et le dossier de la construction de la 2e caserne pour Boucherville traîne en longueur. En fait, nous n’en savons rien de plus depuis la sortie de Richard Lalancette, ex-président de la commission de la sécurité publique, il y a quelques mois, sortie qui avait alors motivé la conseillère Francine Crevier-Bélair à fournir quelques explications sommaires et plutôt floues. Quant à notre maire, il n’en dit mot. On dirait que se faire prendre en photos pour les journaux, socialiser avec ses fidèles à ses déjeuners et jouer au pilote d’essai en iMiev seraient prioritaires à la sécurité des citoyens qu’il représente, du moins si l’on se fie à son mutisme dans le dossier de la 2e caserne.

M. Martel, le temps presse pour mettre en chantier la construction de la 2e caserne pour laquelle nous payons déjà depuis plusieurs années… À la lumière des incendies qui ont rasé une maison de prestige sur la rue des Châtaigniers et quatre unités de condo sur la rue Jean-Deslauriers au cours des dernières semaines, ne jugez-vous pas que le temps est venu de rassurer la population en démontrant que vous avez ce dossier bien en main et que vous exercez les pressions nécessaires pour que nous en ayons enfin pour notre argent et obtenions un service à la hauteur de la facture que nous payons? Allons-nous attendre qu’il y ait un décès attribuable à une intervention trop lente de nos pompiers pour agir?

La population s’attend à ce que son maire prenne ses responsabilités en main. La sécurité-incendie sur notre territoire est une responsabilité qui est prioritaire aux activités de communications et de relations publiques. Ce n’est pas le message que le maire lance à la population actuellement en laissant traîner ce dossier prioritaire en longueur…

Sébastien St-François

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s