Y aurait-il déjà lieu de s’inquiéter?

Le 1er novembre dernier, une majorité de la minorité des électeurs inscrits ayant exercé leur droit de vote ont choisi d’accorder leur confiance à une toute nouvelle équipe « verte » – lui confiant même une majorité absolue pour diriger la Ville sans opposition jusqu’en 2013. En démocratie, il faut donner la chance au coureur, mais il y a néanmoins certaines décisions de la nouvelle administration qui soulèvent déjà des questions.

D’abord, pour la première fois en plus de trois décennies, l’adoption du budget est reportée. Bien qu’il soit louable de vouloir prendre son temps pour bien faire les choses, il serait regrettable d’apprendre que la Ville a dû fonctionner à crédit pendant quelque temps en conséquence de cette décision. Bien que la loi permette un tel report, nous n’avons pas les moyens collectifs de nous endetter davantage et d’ainsi pelleter les problèmes dans la cour de nos enfants. Il est à espérer que le fonds de réserve constitué au fil des quatre dernières années permette de faire fonctionner l’appareil municipal sans devoir contracter des emprunts d’ici l’entrée des premiers versements d’impôts fonciers dans les coffres de la Ville, entrée qui se fera nécessairement plus tard en 2010 vu la décision de reporter l’adoption du prochain budget.

Ensuite, le dossier de la rue Pierre-Boucher est encore plus préoccupant à mon avis. La nouvelle commission des finances publiques aura pour mandat de revoir le dossier afin d’évaluer s’il est possible de puiser à même le fonds général pour absorber le coût de certains de ces travaux plutôt que d’imposer une taxe d’amélioration locale. Il faut se rappeler que Mme Francine Crevier-Bélair, aujourd’hui conseillère municipale, en avait fait son cheval de bataille et avait vivement attaqué l’ancienne administration dans ce dossier.

Comme contribuable de Boucherville, je suis très inquiet de lire cela. Une telle décision pourrait avoir une incidence sur de futurs travaux de réfection similaires ailleurs dans la ville, car plus d’une trentaine de kilomètres de rues qui sont dans l’état de la rue Pierre-Boucher (avant les travaux) sont à refaire. Dans le cas présent de la rue Pierre-Boucher, ce serait carrément inéquitable de refiler la facture d’une partie de ces travaux à l’ensemble des contribuables, dont plusieurs ont déjà eu à payer une facture de la Ville pour des travaux similaires effectués dans leur rue dans le passé. Sur Pierre-Boucher, les travaux comprennent notamment l’installation d’une troisième conduite – qui n’y était pas jadis et qui n’a donc été payée par les résidents de cette rue dans le passé – rendue obligatoire pour respecter les normes de protection de l’environnement. Les personnes qui se font construire dans les quartiers neufs de la ville doivent éponger des coûts d’infrastructure atteignant des dizaines de milliers de dollars. Le fonds général devrait-il absorber ces coûts également? En 2001, j’ai moi-même reçu une facture de la Ville pour des travaux de réfection des conduites menant à ma résidence. Aurai-je droit à un remboursement rétroactif? L’équité est primordiale à ce chapitre, et modifier les règles pour la rue Pierre-Boucher – la rue qu’habite Mme Crevier-Bélair – ouvrirait une boîte de Pandore et serait lourde de conséquences financières et budgétaires pour nous tous en créant un précédent qui pourrait nous hanter longtemps. N’oublions surtout pas que le fonds général de la Ville est constitué de nos taxes et que la capacité de payer de chacun d’entre nous a ses limites…

Enfin, certaines nominations aux commissions et aux comités de la Ville sont préoccupantes, notamment celle d’Anne Barabé comme présidente du Comité consultatif d’urbanisme de Boucherville et celle de Francine Crevier-Bélair comme présidente du Groupe de travail sur les travaux publics. L’urbanisme et les travaux publics sont deux dossiers très importants. En consultant le curriculum vitae de chacune, rien n’indique que ces personnes ont l’expérience ou les compétences nécessaires pour occuper ces fonctions importantes. Il est donc à espérer qu’elles soient très bien épaulées pour éviter que Boucherville ne devienne un immense parc ou que les règles d’équité qui régissent la réfection des infrastructures ne soient bafouées. Par ailleurs, Mme Crevier-Bélair ne se trouve-t-elle pas ainsi en conflit d’intérêt, vu son intérêt personnel dans le dossier de la rue Pierre-Boucher?

Pour terminer, une rumeur court selon laquelle M. Martel compterait poursuivre sa pratique du droit tout en occupant son fauteuil de maire. Si la rumeur est fondée, il est à espérer que Me Martel accorde la majeure partie de son temps professionnel à gérer la Ville, car je vois difficilement comment on peut diriger à temps partiel la Ville de Boucherville – qui gère un budget annuel frôlant les 100 millions de dollars et qui doit négocier avec l’agglomération de Longueuil. Diriger une ville de 40 000 habitants s’inscrit difficilement dans la définition d’un emploi secondaire. Il suffirait de poser la question aux prédécesseurs de M. Martel pour dissiper tout doute à ce sujet.

Sébastien St-François

2 commentaires sur « Y aurait-il déjà lieu de s’inquiéter? »

  1. Monsieur St-François écrivait ceci

    Pour terminer, une rumeur court selon laquelle M. Martel compterait poursuivre sa pratique du droit tout en occupant son fauteuil de maire. Si la rumeur est fondée, il est à espérer que Me Martel accorde la majeure partie de son temps professionnel à gérer la Ville, car je vois difficilement comment on peut diriger à temps partiel la Ville de Boucherville.

    Maintenant le conseil est bien en place depuis un certain, comment le maire Martel s’y prend t-il car on sait pertinent qu’il occupe toujours son poste d’avocat.

    Quel raccourci prend-il, pour occuper ses deux fonctions très bien payés ?

    Est-ce que la population est bien servi par son comportement ?

    Que pensez de voir la voiture électrique fournit par nos fonds publics prendre les ponts jusqu’à son travail de Laval ?

    Le maire Martel peut de temps après son élection démontrais son intérêt pour l’éthique au niveau municipal.

    Par ses gestes pouvons-nous commencer à douter de son sens éthique, de son intelligence ou bien de son honnêteté ?

    Faites vos choix personnel à partir de votre propre analyse.

    Pour ma part je commence déjà à me faire une très bonne idée de ce personnage.

    1. De ce que je sais, M. Martel met de nombreuses heures à l’hôtel de ville, y compris les fins de semaine. Est-ce pour compenser des heures passées à pratiquer le droit, aucune idée… Quant à l’auto électrique, selon ses explications, les seuls frais payés par la Ville (donc nous) sont pour les bornes de recharge à l’hôtel de ville.

      Sébastien St-François

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s