Une réponse qui me sidère!

IMG_20181016_0649410

Depuis qu’il est député fédéral de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, Xavier Barsalou-Duval a l’habitude d’envoyer périodiquement à ses électeurs des dépliants partisans faisant état de ses réalisations et de ses revendications. Bien entendu, ces dépliants sont préparés, imprimés et envoyés aux frais des contribuables.

C’est pratique courante au sein de la députation, tous partis confondus. Ce qui m’irrite profondément dans le cas de M. Barsalou-Duval est que ses textes sont mal écrits, truffés de fautes de français de toutes sortes. C’est un problème dont j’ai saisi son bureau à plusieurs reprises dans le passé. J’ai même offert de mon temps bénévolement au bureau du député, et ce, même si je n’ai jamais voté pour le Bloc Québécois et ne voterai jamais pour le Bloc.

Il y a eu récidive cette semaine. Sans m’être prêté à une révision en profondeur des textes, j’ai néanmoins pris la peine de saisir le député de certaines erreurs et – surtout – de le sensibiliser à nouveau au fait que c’était inacceptable de la part du bureau d’un député fédéral – tous partis confondus…

Sa réponse m’a carrément scié les jambes :

44202289_10217498604556570_7177620964207755264_n.jpg

Je suis diplômé en traduction depuis 1993 et traducteur agréé, membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (l’OTTIAQ) depuis 1993. Je prends très au sérieux la qualité de la langue française et les erreurs que j’ai soulevées dans le pamphlet du député ne sont pas « sujettes à interprétation », elles sont contraires aux règles d’écriture du français!

Je n’ai pas voté pour M. Barsalou-Duval en 2015 et je ne voterai sûrement pas pour lui en 2019. Cependant, au lieu de faire la morale à un électeur dans sa circonscription, il aurait plutôt intérêt à réévaluer les compétences de la personne qui s’occupe de « corriger » ses textes et de s’organiser pour envoyer des textes rédigés dans un français plus qu’acceptable aux électeurs de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères!

Sébastien St-François

La Formule E du PLQ?

actualites_-_sympatico_-_ca_1300_732_50_s_c1_center_center_0_0_1

Retour à l’automne 2017 et à la campagne électorale municipale à Montréal. À mesure que la campagne avançait, le maire sortant, Denis Coderre, s’embourbait de plus en plus, principalement dans le controversé dossier de la Formule E. Ayant choisi de cacher les vrais chiffres aux Montréalais et de défendre coûte que coûte sa décision d’accueillir cet événement dans les rues de Montréal, il a fini par mordre la poussière au profit de Valérie Plante. Mme Plante incarnait [alors] la franchise et la fraîcheur, tandis que Coderre était dépeint comme un personnage hautain et arrogant ainsi qu’un « vieux politicien ». On a fini par apprendre plus tôt ce mois-ci que l’édition 2017 de la Formule E laisse la Ville de Montréal avec un déficit de 13,6 millions de dollars. De toute évidence, la Formule E n’a pas été le grand succès qu’a prétendu Denis Coderre jusqu’à la toute fin. Lire la suite

Attention Boucherville!*

*Texte signé par Claude Saint-Jarre

schema_fime

J’ai assisté à une conférence sur les changements climatiques ce mardi 31 janvier au « Cœur des sciences » de l’UQAM donnée par l’ancien vice-président du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Lire la suite

Le changement, ça a un prix…

En politique, le changement, ça a un prix. D’entrée de jeu, je ne suis ni Montréalais ni un « fan » de l’ancien maire Denis Coderre, ce politicien de carrière arrogant qui avait fait son temps dans l’arène politique. Avoir été Montréalais aux dernières élections municipales, j’aurais voté pour un candidat indépendant à la mairie, car je ne crois pas à la pertinence des partis politiques au niveau municipal depuis belle lurette. Lire la suite

Jean Martel et ses grandes qualités d’administrateur : un autre fiasco financier*

*Un texte de Raymond Gaudin


Me voici de retour. Quelques jours avant l’élection du 2 novembre, j’évoquais la situation financière précaire de l’OSBL Duval-Volkswagen qui gère les 4 glaces (anciennement Gilles-Chabot). Lire la suite

Pierre Boucher à la cérémonie du Jour du souvenir…

23435031_10154918037917341_7329988190618892686_n

Ma conjointe, mère d’un cadet membre du corps de cadets 750 L’Escaut de Boucherville qui participait à une parade aujourd’hui, était présente à la cérémonie marquant le Jour du souvenir, tenue au monument érigé près de la bibliothèque municipale et dédié à ceux et à celles qui ont servi et qui sont morts durant les grands conflits mondiaux.

Lire la suite

Une « éclatante victoire »…

DSCF2858-1-1024x768

Source : La Relève

Mon commentaire sera bref, car je n’ai pas vraiment grand-chose à dire. Jean Martel et toute son équipe ont été élus. Pour plusieurs, il s’agit d’un troisième mandat consécutif. Encore une fois, les Bouchervillois ont droit à un conseil municipal sans aucune opposition qui continuera fort probablement de gouverner derrière des portes closes et de présenter à la population des faits accomplis. C’est d’autant plus préoccupant maintenant que les référendums municipaux sont choses du passé grâce aux libéraux à Québec. Lire la suite

Bouchervillois, avant de voter, lisez bien ceci*

*Un texte de Raymond Gaudin

Jean Martel se targue d’être un bon administrateur. La vérité est bien loin de cela.

Lire la suite

Les enjeux de l’élection municipale 2017 à Boucherville ne valent-ils par un débat public?*

*Un texte de Monique Reeves, candidate indépendante à la mairie de Boucherville

RFinal_20160829

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai demandé à Jean Martel un débat public, il a refusé. Pourtant les enjeux de cette élection sont primordiaux, il s’agit de l’avenir de Boucherville.

Lire la suite

Rôles d’une municipalité ET du citoyen*

*Un texte de Claude Saint-Jarre

FACEBOOK-1-768x403

En cette période électorale, réfléchissons au rôle d’une municipalité.

Que devrait-il être?

C’est de prendre soin de son monde, d’abord, à moindre coûts mais avec qualité. L’Union des municipalités du Québec a d’ailleurs un programme : On prend soin de notre monde. Lire la suite